Cet article date de plus de sept ans.

Le parti nationaliste écossais, l’autre vainqueur des élections au Royaume-Uni

Les observateurs attendaient le SNP le parti nationaliste écossais, comme faiseur de roi. Apportant au Labour les sièges nécessaires pour obtenir la majorité et gouverner. Mais la déroute des travaillistes a changé la donne. David Cameron restera à Downing Street. Mais en raflant 56 des 59 sièges à pourvoir en Ecosse, le SNP est l’autre grand vainqueur.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'Union Jack bientôt privé de la croix de saint André? (AFP)
Elle se nomme Mhairi Black, elle est étudiante à l’université de Glasgow et doit bientôt rendre un mémoire en science politique. Elle est depuis 350 ans la plus jeune élue au Parlement. Les journaux de ce matin post-électoral en font la figure de proue de la victoire des nationalistes écossais.

Car du haut de ses vingt ans, Mhairi Black a tout bonnement battu Douglas Alexander, poids lourd du Labour, coordinateur national de la campagne de son parti (!) et accessoirement ministre des Affaires étrangères du Shadow Cabinet.
 
Mhairi Black obtient une victoire sans appel avec plus de 23.000 voix d’avance. Le parti travailliste a littéralement explosé ce jeudi 7 mai 2015 en Ecosse. Ici, il a perdu 40 sièges quand les nationalistes en gagnaient 50 et que les conservateurs restaient stables. En Ecosse, c’est donc bel et bien la gauche britannique qui est sanctionnée, et non une poussée des Tories.
 
Mhairy Black, 20 ans, la plus jeune élue aux Communes depuis 350 ans. (BBC)

D’ailleurs la personnalité de la jeune députée le démontre. Elle, tout comme son père, votaient travaillistes, mais ils s’en sont détournés en raison de l’abandon par le Labour des thèmes les plus à gauche. A peine élue, Mhairi Black s’est du reste empressée de dire qu’elle se battra pour «mettre fin à l’austérité, que ce soit au nord comme au sud de la frontière ». Comprendre la frontière entre l'Ecosse et l'Angleterre...
 
Nicola Sturgeon, la chef de file des indépendantistes écossais est sur le même registre. «Je pense que l’Ecosse a voté pour le changement. Elle a clairement  voté contre l’austérité. Et c’est ce que nous avons mis au cœur de la campagne»
 
Nicola Sturgeon, la chef de file du SNP, réagit aux résultats le 8 mai 2015 à Glasgow (AFP)

Mme Sturgeon reconnait que, bien sûr, ce n’était pas le résultat qu’elle espérait au niveau national. Mais fatalement se pose la question de savoir ce que le SNP peut faire d’un tel plébiscite. Avec la moitié du corps électoral acquis à sa cause, on imagine poindre une nouvelle campagne pour un référendum d’autodétermination.

Mais Nicola Sturgeon coupe court à toute supputation. Pour elle, il ne s’agit pas d’un mandat pour l’indépendance, mais pour plus d’autonomie pour l’Ecosse et moins d’austérité.
 
Message reçu cinq sur cinq par Cameron. Il entend gouverner pour l’ensemble du Royaume-Uni. «Notamment en mettant en œuvre au plus vite la décentralisation promise (…) pour l’Ecosse et le Pays de Galles.»

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.