Ex-espion empoisonné : le Royaume-Uni juge la Russie "coupable" et expulse 23 diplomates russes

Theresa May a annoncé la "suspension des contacts bilatéraux" avec Moscou.

Theresa May s\'exprime devant le Parlement britannique, à Londres le 14 mars 2018.
Theresa May s'exprime devant le Parlement britannique, à Londres le 14 mars 2018. (HO / PRU / AFP)

Elle juge la Russie "coupable" de l'empoisonnement d'un ex-espion russe à Londres. La Première ministre britannique Theresa May a annoncé, mercredi 14 mars, l'expulsion de 23 diplomates russes ainsi que la "suspension des contacts bilatéraux" avec Moscou. La cheffe du gouvernement a également annoncé qu'il n'y aurait pas de représentants britanniques diplomatiques ni royaux à la Coupe du monde de football qui se déroulera en juin et juillet en Russie.

Des accusations "sans preuves" pour le Kremlin

Le Kremlin avait clamé, peu avant ces sanctions, qu'il "n'admetait pas" les accusations "sans preuves" et les ultimatums de Londres après l'empoisonnement, dimanche 4 mars, de Sergueï Skripal, 66 ans, et de sa fille Ioulia, 33 ans, à Salisbury, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Selon Theresa May, la substance utilisée pour les empoisonner appartient au groupe des agents toxiques "Novitchok", mis au point par la Russie à l'époque soviétique.