"Espèce de travelo", "Vieille pute"… Une députée britannique raconte les insultes qu'elle subit au quotidien

La députée Mhairi Black est la plus jeune membre de la chambre des Communes. Devant le parlement britannique, elle a voulu interpeller ses collègues sur la violence du harcèlement en ligne dont elle est victime.

Voir la vidéo

"Certains vont se sentir mal à l’aise face au langage fleuri que je m’apprête à utiliser. Mais je ne vais pas atténuer la réalité sur un enjeu si important." En plein parlement britannique, le 7 mars dernier, la députée Mhairi Black a rapporté les insultes qu’on lui envoie quotidiennement sur Internet.

"Si on m’a insultée comme ça, c’est parce que je suis une femme."

"On me traite souvent de 'petit garçon', on me dit que je porte les costumes de mon père, etc. Avec mes amis, on en rigole, c’est comme ça que je le supporte. Mais j’ai du mal à voir ça comme des blagues lorsque je suis systématiquement traitée de 'gouine', 'bouffeuse de chatte', 'salope', 'sale pute'…", relate la jeune femme de 23 ans, mal à l’aise. Et elle n’a pas l’intention d’épargner ses collègues en adoucissant ses propos : "Il n’y a rien à édulcorer quand les insultes sont aussi sexualisées et misogynes." 

"Si on m’a insultée comme ça, c’est parce que je suis une femme." estime Mhairi Black. Si la député a décidé de rapporter ces insultes, c’est pour sensibiliser ses collègues sur le risque que si "on ne dénonce pas cela, ça devient la norme." Et quand ça devient la normalité, "ça crée un environnement propice la maltraitance des femmes."

\"Espèce de travelo\", \"Vieille pute\"… Au parlement britannique, une députée raconte les insultes qu\'elle subit au quotidien
"Espèce de travelo", "Vieille pute"… Au parlement britannique, une députée raconte les insultes qu'elle subit au quotidien (BRUT)