Emeutes en Irlande du Nord après le Brexit : "Certaines scènes font vraiment écho à la guerre civile"

Depuis une semaine, la communauté loyaliste, à majorité protestante, attachée à l'union avec le Royaume-Uni, proteste violemment contre les conséquences du Brexit et ce qu'elle considère comme des discriminations.

Article rédigé par
Emeline Vin - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La police utilise un canon à eau contre des manifestants nationalistes sur Springfield Road, à Belfast, le 8 avril 2021. (PAUL FAITH / AFP)

Encouragés par des adultes, des adolescents entassent des briques, prêts à les envoyer sur les forces de l’ordre, dans ce quartier d'interface de Belfast, à la frontière entre les deux communautés. Depuis une semaine, la communauté loyaliste, à majorité protestante et profondément attachée à l'union avec le Royaume-Uni, défie les autorités à coup de cocktails Molotov et de projectiles pour protester contre les conséquences du Brexit et ce qu'elle considère comme des discriminations par rapport à la communauté républicaine.

En sept jours, quelque 55 policiers ont déjà été blessés. Lauren et David, travailleurs communautaires, n’ont pas vu de telles violences depuis des années. "Certaines scènes des derniers jours, en particulier les bus incendiés, font vraiment écho à la guerre civile", explique David.

"Ici, ça peut toujours potentiellement dégénérer, Mais il y a toujours la possibilité que les communautés se rassemblent."

David

à franceinfo

Certains habitants confient ne plus oser sortir après 18 heures ces jours-ci. D’autres, comme ce commerçant, soutiennent ces jeunes qui font face à la police : "Ils sont jeunes mais pas stupides, s'exclame-t-il. Ils voient bien les discriminations policières, l’absence de soutien de nos députés… Moi, j’ai voté pour le Brexit, je voulais rendre sa grandeur au Royaume-Uni. Mais nous avons vraiment le sentiment d’être des citoyens de troisième zone, dans notre propre pays."

"Les gens ne se sentent pas entendus"

La solution pour Lauren, la travailleuse communautaire : un gouvernement régional plus à l’écoute. "Tout cela, soupire-t-elle, c’est parce que les gens ne se sentent pas entendus. C’est leur seule manière de se faire entendre. Ils ont le sentiment que leur identité leur est enlevée, mais si vous allez dans les autres communautés, c’est pareil : tout le monde a le sentiment que l’Irlande du Nord est toujours mise de côté." Pour la première fois en une semaine, des affrontements ont aussi eu lieu dans les quartiers républicains.

Emeutes en Irlande du Nord après le Brexit - Le reportage d'Emeline Vin
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.