Diplomatie : l'empoisonnement d'un ex-espion russe trouble les relations entre Londres et Moscou

Le journaliste Dominique Derda se trouve en direct de Moscou (Russie) pour commenter le nouvel épisode dans le feuilleton d'espionnage qui oppose le Royaume-Uni à la Russie.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Lundi 12 mars, Londres et Theresa May ont estimé très probable la responsabilité de Moscou dans l'empoisonnement d'un ex-espion. La Russie se dit prête à coopérer avec le Royaume-Uni. "Oui, mais pas dans n'importe quelles conditions. Les Russes réclament l'accès au dossier afin de pouvoir analyser les prélèvements du poison qui a été utilisé et tenter d'en déterminer la provenance. C'est ce que réclame Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, sinon pas question que la Russie réponde à l'ultimatum britannique", rapporte le journaliste Dominique Derda en direct de Moscou.

Des échanges d'information

La fille de l'ex-agent double, contaminée elle aussi, dispose de la nationalité russe. À ce titre, les autorités de son pays peuvent demander à ce qu'on leur communique des éléments de l'enquête. "C'est ce que l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Moscou a dû entendre de vive voix ce matin puisqu'il a été convoqué au ministère russe des Affaires étrangères", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, devant le Conseil des droits de l\'homme de l\'ONU à Genève (Suisse).
Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève (Suisse). (FABRICE COFFRINI / AFP)