À Londres, les magasins Topshop, temple de la "fast fashion", vivent leurs derniers instants

Les magasins de vêtements britanniques, en grande difficulté financière, vont fermer. La marque continuera d'exister, mais uniquement sur internet.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le magasin Topshop d'Oxford Circus à Londres, le 9 février 2021. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

Ce sont des monuments de la mode et il vont bientôt disparaître. Les magasins Topshop ne rouvriront pas à l'issue du confinement au Royaume-Uni. En grande difficulté financière, la marque emblématique de prêt-à-porter britannique vient d'être rachetée par le géant Asos, mais l'accord ne comprend pas les 70 magasins qui vont donc fermer leurs portes. 

Pour des millions de consommateurs britanniques, c'est un choc, car les immenses boutiques de l'enseigne sont ouvertes depuis près de 60 ans. Devant le Topshop d'Oxford Circus, en plein cœur de la capitale, Helen a bravé le froid pour immortaliser les derniers instants de son magasin favori, mardi 9 février. "Vous venez avec vos parents qui vous attendent à l’entrée, vous retrouvez vos amies et là, vous dépensez l’argent de Noël ou de votre anniversaire... raconte cette trentenaire, qui a découvert la marque à l'adolescence et y a même travaillé. C’était incontournable ! Ça a toujours été là dans ma vie. Ça va être étrange de le voir disparaître… vraiment étrange."

Des vêtements sur trois étages

Dans les vitrines d'Oxford Circus, les mannequins sont déshabillés. À l'intérieur du magasin où on trouvait des vêtements, du pyjama à la tenue de soirée en passant par les jeans et les costumes, on voit désormais les employés déménager des portants et des meubles. Cet immeuble de trois étages est le symbole de la marque. C'est ici que Kate Moss venait lancer ses collections dans une ambiance de boîte de nuit. On y trouvait également des restaurants ou encore un bar à ongles.

Helen, cliente régulière de la marque Topshop à Londres, le 9 février 2021. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

Fondée en 1964, Topshop devient populaire en rendant la mode des podiums accessible au plus grand nombre. "Topshop était emblématique, raconte Tamara Cincik, une ancienne styliste de la marque. C’était un fantastique leader en matière d’innovation et de démocratisation de la mode. Pas une grand boutique étouffante mais un endroit où vous passez des heures et vous vous amusez."

"Nous perdons un formidable magasin avec lequel nous avons eu une relation toute notre vie."

Tamara Cincik, ancienne styliste de la marque

à franceinfo

Topshop s’était ensuite développé avec des magasins géants de centre-ville. "C'est une institution qui avait lancé, à partir des années 60, de très grandes tendances de la mode britannique", souligne Paul Alger, de l'association du textile et de la mode au Royaume-Uni. Mais selon lui, ce modèle a perdu de la vitesse et l'enseigne n'a jamais vraiment misé sur le numérique, ce qui l'a fragilisée avec la pandémie de Covid. "Au Royaume-Uni, nous sommes le premier pays consommateur en Europe de produits de mode achetés en ligne, explique Paul Alger. Ceux qui ont pu s’adapter à la vente en ligne, devenue encore plus massive avec les restrictions sanitaires, étaient mieux placés pour survivre et pour maintenir voire accroître leur chiffre d’affaires." 

Le magasin Topshop d'Oxford Circus, qui s'étend sur plus de 8 000 mètres carrés, ne rouvrira pas, tout comme les 69 autres de l'enseigne. Au total, 2 500 emplois sont menacés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.