Cet article date de plus de neuf ans.

Royaume-Uni : un député conservateur dément avoir violé un homme

Un membre du parti de David Cameron a été arrêté samedi et interrogé par la police britannique sur des accusations de viol. Nigel Evans, vice-président de la chambre des Communes, ouvertement homosexuel, est soupçonné d'avoir violé un homme et d'en avoir agressé un autre. Le député conservateur, qui clame son innocence, a été libéré sous caution sans être inculpé.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Nigel Roddis Reuters)

Les tabloïds britanniques se délectent d'un nouveau scandale sexuel. Nigel Evans, une tête d'affiche du parti Tory, a été arrêté samedi pour répondre d'accusations de viol devant la police. 

Les enquêteurs l'ont questionné sur des agressions présumées contre deux hommes d'une vingtaine d'années, qui seraient survenues entre juillet 2009 et mars 2013.

Un des deux jeunes affirme avoir été violé par l'homme politique. Les faits auraient eu lieu dans le village de Pendleton, dans le Lancashire (nord-ouest de l'Angleterre), où réside Nigel Evans. 

Homosexuel et populaire à la chambre des Communes

A 55 ans, Nigel Evans est très apprécié au sein de la classe politique britannique. Elu du Lancashire, il est l'un des trois vice-présidents de la chambre des Communes. Membre éminent des "Tories", le député a également co-présidé le parti conservateur de 1999 à 2001. 

Ouvertement homosexuel, le député a fait son "coming out" en 2010. Libéré sous caution, il dément formellement toutes les "fausses accusations"  portées contre lui.  

Cette affaire intervient alors que le Royaume-Uni est secoué par une série de scandales sexuels, notamment une enquête sur de nombreuses agressions présumées commises par un ancien présentateur vedette de la BBC, Jimmy Savile, décédé en 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.