Royal Baby : à Londres, accoucher en quelques heures est une routine

Après avoir donné naissance à une petite fille, la duchesse de Cambridge est sortie de l'hôpital 12 heures après y être entrée. Est-ce bien raisonnable ? 

La duchesse Kate et le prince William présentent à la foule leur second enfant, le 2 mai 2015, devant l\'hôpital St Mary de Londres (Royaume-Uni).
La duchesse Kate et le prince William présentent à la foule leur second enfant, le 2 mai 2015, devant l'hôpital St Mary de Londres (Royaume-Uni). (MAXPPP)

"Pour la duchesse, accoucher, ce n'est pas plus long qu'une journée au bureau !" s'amuse le Sunday Telegraph, dimanche 3 mai. Et pour cause. La veille, les sujets de Sa Majesté n'ont pas eu à attendre plus de douze heures entre l'admission de Kate à l'hôpital St Mary de Londres, et son apparition, tout sourire, sur le perron de la maternité, "fraîche comme la rosée du matin", sa petite Royal Princess dans les bras.

Sous le crépitement des flashs, son mari, le prince William, lui a murmuré de faire attention en descendant les quelques marches qui mènent à la chaussée. Une mission accomplie par Kate avec une grâce déconcertante, brushing impeccable, perchée sur des talons hauts, et vêtue d'une lumineuse robe en soie. Avant de partir comme une fleur, quelques minutes plus tard, de la maternité St Mary… 

Voir la vidéo
REUTERS

Devant leur télévision, des mamans du monde entier sont restées incrédules : "Comment fait-elle pour sortir d'une salle de travail comme on sort de chez le coiffeur ?" 

Sortir au bout de 4 heures ? "C'est très courant ici"

Dans les médias britanniques, l'humeur générale est à l'extase, mais pas à l'étonnement : Kate est sortie "apprêtée, détendue, reposée", raconte simplement le Mail On Sunday. Une situation improbable en France, où la durée du séjour à la maternité varie le plus souvent de trois à cinq jours si l'accouchement se déroule par voie naturelle (et jusqu'à 6 ou 7 jours en cas de césarienne).

"C'est très courant ici de sortir 4 ou 5 heures après l'accouchement", note Sylvia, rencontrée samedi après-midi devant l'aile Lindo de l'hôpital St Mary. Jeune française de 24 ans installée à Londres, elle raconte que les Britanniques sont un peu expéditifs en la matière. "Ça ne donne pas vraiment envie d'accoucher ici", sourit Sylvia. "Ça n'est pas du tout anormal ici, c'est ce que vivent toutes les Britanniques, acquiesce Loïc de La Mornais, le correspondant de France 2 à Londres. Dans le système de santé anglais, il n'y a pas beaucoup de places dans les hôpitaux. Ils sont souvent surchargés. Donc si l'accouchement se passe bien, vous êtes dehors dans les heures qui suivent."

Justement, Janet, 39 ans, a accouché "ici", à Londres, et elle non plus n'est pas le moins du monde étonnée par cette sortie express. "J'ai accouché par césarienne, donc je suis restée environ 48 heures, mais quand tout va bien, pourquoi rester ?" s'interroge cette Londonienne, assise avec son mari sur un banc de Hyde Park.

"Kate ne peut pas se permettre de sortir sans être parfaite" 

En apparaissant aussi "radieuse", "rayonnante" et "magnifique" (pour reprendre les mots de la presse britannique) quelques heures seulement après la fin du travail, la duchesse de Cambridge est-elle érigée en modèle ? "Non, tranche Janet. Toutes les femmes savent que ce que vit Kate est irréel. D'une certaine façon, c'est normal qu'elle ne soit pas dans la norme. C'est la famille royale, c'est tout."

"Il faut garder en tête qu'il ne s'agit pas d'un accouchement comme pour vous et moi, poursuit Janet. Kate ne peut pas se permettre de sortir sans être absolument parfaite. Ça fait partie du truc, cela fait partie de son travail."

Un accouchement digne d'un conte de fées, qui ne se réalise pas d'un coup de baguette magique. Le Sunday Telegraph rappelle que si la princesse est née "154 minutes après l'hospitalisation" de la duchesse, Kate a aussi eu droit à des conditions dont rêverait n'importe quelle maman ou future maman. La princesse est née dans une suite de deux pièces toute équipée, entourée des meilleurs gynécologues, spécialistes et sages-femmes du pays. "Quand elle est arrivée à 6 heures du matin, toute l'équipe l'attendait déjà, fraîche et dispose." Un luxe qui fait dire au Sunday Telegraph que "tous les enfants devraient pouvoir naître dans l'aile Lindo de l'hôpital St Mary".