Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Jihadistes français : "Les Français partis en Syrie doivent être traités sur le lieu où ils sont allés", assure Nicole Belloubet

Publié
Article rédigé par
Radio France

La ministre de la Justice assur mercredi sur franceinfo qu'"il n'y a aucun rapatriement organisé" pour les jihadistes français partis en Syrie.

"Nous considérons que les Français qui sont partis en Syrie doivent être responsables de leurs actes et doivent être traités sur le lieu où ils sont allés", a déclaré sur franceinfo Nicole Belloubet, ministre de la Justice.

"Il n'y a aucun rapatriement organisé", a poursuivi la ministre de la Justice, alors que les Etats-Unis souhaitent que le gouvernement français rapatrie les jihadistes français partis en SyrieLe retrait des troupes américaines de la zone du conflit, annoncé par Donald Trump change cependant la situation sur place et le gouvernement français y est attentif. "Si les personnes françaises qui sont détenues là-bas n'étaient plus prises en charge, il faudrait me semble-t-il éviter la dispersion. Nous préférerions les avoir sous contrôle que de les laisser errer dans le monde sans savoir où elles sont", a déclaré Nicole Belloubet. Mais, "pour le moment, la position" du gouvernement "n'a pas changé", a-t-elle insisté.

Une évaluation en cours du nombre d'enfants 

Selon la ministre, il y aurait "70 enfants" en Syrie, mais "les personnes bougent et c'est très difficile d'avoir un chiffre stabilisé". En cas de retour des jihadistes français, "les enfants sont présentés à un juge des enfants, font l'objet, suivant leur âge, d'une prise en charge particulière", a expliqué la garde des Sceaux. "Les adultes sont immédiatement judiciarisés, sont placés en détention (...) dans plusieurs établissements en France. Ils sont dispersés, sont placés dans des quartiers étanches et font l'objet d'une évaluation", a-t-elle précisé. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.