Cet article date de plus de cinq ans.

VIDEO FRANCE 2. Syrie : à Palmyre, le site antique mutilé par les jihadistes de l'Etat islamique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Syrie : les sites de Palmyre mutilés par les jihadistes de l'Etat islamique
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les journalistes de France 2 ont pu pénétrer dans les ruines antiques, encadrés par les militaires de Bachar Al-Assad.

Elle est désormais l'un des symboles de la barbarie des troupes de l'Etat islamique. Une équipe de journalistes de France 2  a pu pénétrer dans les ruines de la cité antique de Palmyre (Syrie), mutilées par le groupe jihadiste. Chapiteaux renversés, colonnes démantelées, linteaux brisés... les dégradations sont considérables, même si les experts estiment que 80% du site ont été préservés. 

Le temple de Bêl, l'un des plus impressionnants, n'est plus aujourd'hui qu'un amas de pierre. Preuve du passage des jihadistes, des soldats ont écrit à la peinture noire sur les rares structures encore debout : "Etat islamique. Entrée interdite aux civils et aux frères [les combattants]".

Il ne reste que quatre colonnes du temps Baalshamim

Il ne ne reste plus rien en revanche de la cella du temple de Baalshamim, la partie fermée et la plus importante du temple. Seules quatre colonnes ont échappé au massacre. en dehors de quatre colonnes. Tout le reste a été dynamité.

La partie centrale et l'arche de l'Arc de triomphe érigé à l'entrée de la cité sont eu aussi à terre, mais le monument devrait être reconstruit, selon les autorités.

Les journalistes ont également découvert le théâtre romain, intact. C'est là que des exécutions publiques ont été réalisées par des enfants de membres du groupe terroriste. L'endroit est criblé de balles.

Transformé en tribunal religieux par les jihadistes, le musée national est lui en piteux état, après avoir subi de nombreux actes de vandalisme. Des statues typiques de l'art palmyrien ont été jetés à terre, les portraits ont été mutilés et les scènes de banquets funéraires ont été brisés ou martelés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.