Turquie : ces enfants syriens au travail, plutôt qu'à l'école

En Turquie, les ateliers clandestins grouillent d'enfants syriens privés d'éducation, obligés de subvenir aux besoins de leur famille. 

France 2

Dans les magasins, sur les marchés, des enfants qui travaillent à l'heure où ils devraient être à l'école. Petit à petit, l'image est devenue familière en Turquie. Ils sont Syriens. Avec leur famille, ils ont fui leur pays et le groupe État islamique qui contrôle la région. Parmi les employés d'un atelier clandestin qui fabrique des jeans, Ali, 12 ans, et son petit frère, Yazan, 10 ans.

10 heures par jour, six jours sur sept

"On est obligé de travailler, notre famille n'a pas assez d'argent", explique Ali. 10 heures par jour, six jours sur sept, les frêles petits garçons effectuent la même tâche simple : couper les jeans. Le patron est Syrien. Selon lui, il rend service à ces enfants en leur permettant de travailler. De son côté, Yazan espère toujours. "J'ai hâte de retourner à l'école, parce que je ne sais ni lire ni écrire", explique-t-il. Mais ces enfants sont pris au piège, entre des parents qui doivent survivre et des patrons qui les exploitent. À cause de la guerre, ils seraient trois millions d'enfants privés d'éducation.

Le JT
Les autres sujets du JT