Syrie : un avion du régime a été abattu par les jihadistes et le pilote capturé

Le pilote est aux mains du groupe jihadiste HTS, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. C'est le premier appareil abattu par les insurgés depuis le début des bombardements syriens et russes dans le province d'Idleb, fin avril.

Un panache de fumée au-dessus de la ville syrienne de Kahn Cheikoun (Syrie), le 5 août 2019. 
Un panache de fumée au-dessus de la ville syrienne de Kahn Cheikoun (Syrie), le 5 août 2019.  (OMAR HAJ KADOUR / AFP)

Un avion du régime syrien a été abattu par les jihadistes et le pilote a été capturé, mercredi 14 août, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'avion de chasse, un Soukhoï, survolait une zone à l'est de Khan Cheikhoun, une ville-clé du sud de la province d'Idleb, a déclaré le directeur de l'ONG, Rami Abdel Rahmane. "Le pilote est désormais aux mains" des jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda), qui dominent la région.

Toujours selon Rami Abdel Rahmane, il s'agit "du premier avion syrien abattu" par les insurgés depuis que le régime et son allié russe ont commencé, fin avril, à bombarder quasi quotidiennement la province d'Idleb ainsi que des segments des provinces voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié. Environ 820 civils ont péri dans les bombardements, selon l'OSDH, et plus de 400 000 personnes ont été déplacées dans cette région où vivent trois millions d'habitants, d'après l'ONU.

Les forces pro-régime approchent de Khan Cheikhoun

Outre HTS, la région abrite quelques autres groupes rebelles et échappe toujours au contrôle du président Bachar Al-Assad, plus de huit ans après le début du conflit syrien. Elle a fait l'objet d'un accord sur une "zone démilitarisée" conclu en septembre 2018 entre Ankara, parrain des rebelles, et Moscou. Mais celui-ci n'a été que partiellement appliqué, les jihadistes ayant refusé de se retirer.

Depuis plusieurs jours, les forces du régime avancent sur le terrain, aux dépens des jihadistes et des rebelles. Elles ont ainsi progressé en direction de Khan Cheikhoun et "se trouvent désormais à quatre kilomètres à l'ouest" de la ville "après avoir conquis cinq villages" environnants, selon Rami Abdel Rahmane. Des bombardements aériens sur plusieurs localités et villages du sud d'Idleb ont tué un civil à Maaret Hourma, mort dans un raid russe, selon l'OSDH.