Cet article date de plus d'onze ans.

Syrie : les forces de sécurité ont tué plus de 30 civils jeudi

La répression continue, notamment dans la ville de Homs, malgré les efforts de la ligue arabe, qui cherche désormais le soutien du Conseil de sécurité de l'ONU.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans une rue de Homs (Syrie), le 23 janvier 2012. (AHMED JADALLAH / REUTERS)

Une nouvelle journée meurtrière s'est achevée jeudi 26 janvier en Syrie. Trente-quatre civils, dont dix enfants, ont été tués par les forces de sécurité, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les efforts de la Ligue arabe, qui se tourne désormais vers le conseil de sécurité de l'ONU, semblent vains. Le régime réprime toujours dans le sang le mouvement de rébellion.

Homs paye toujours un lourd tribut à la révolte

A Homs, berceau de la contestation, l'armée a lancé une offensive jeudi soir sur le quartier de Karm Al-Zeitoune, tuant 26 civils dont neuf enfants, et faisant des dizaines de blessés. Huit civils ont été tués dans d'autres régions du pays. En outre, sept déserteurs et huit soldats de l'armée régulière ont trouvé la mort dans les violences, dont un colonel.

Le secrétaire général de la Ligue arabe va se rendre samedi au siège de l'ONU afin de solliciter le soutien du Conseil de sécurité sur le plan de sortie de crise. Rejetée par Damas, l'initiative prévoit un transfert du pouvoir du président Bachar Al-Assad à son vice-président et un départ "pacifique" du chef de l'Etat contesté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.