Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Syrie : les quartiers rebelles d'Alep visés par des bombardements d'une intensité inédite

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Syrie : les bombardements ont repris
Syrie : les bombardements ont repris Syrie : les bombardements ont repris (FRANCE 2)
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
France 2

Le régime et ses soutiens ont lancé une nouvelle offensive depuis mardi. France 2 a réussi à contacter un habitant qui craint plus que jamais pour sa vie.

Assiégés depuis quatre mois, les quartiers rebelles d'Alep ont subi des frappes intenses pour la quatrième journée consécutive, vendredi 18 novembre. Des bombardements d'une intensité inédite en deux ans, estime le correspondant de l'AFP sur place. Ce que confirment les témoins joints par France 2, et notamment un ambulancier qui confie n'avoir jamais pris autant de précautions contre les frappes aériennes.

Au moins 65 civils tués en quatre jours

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, au moins 65 civils ont été tués depuis mardi. Vendredi, un quartier général de la défense civile et un hôpital ont notamment été détruits. Dans ce dernier, désormais hors service, deux patients ont été tués, selon une source médicale. Avant mardi, Alep avait connu plusieurs semaines de trève.

Selon les médias officiels, les insurgés ont pour leur part tiré une quinzaine de roquettes sur la partie d'Alep tenue par les forces gouvernementales, faisant cinq morts dont deux fillettes.

L'armée russe, accusée de mener ces raids par les habitants, affirme ne viser que la province voisine. A Berlin, les principaux dirigeants européens et le président américain Barack Obama ont appelé à "l'arrêt immédiat" des attaques. L'aide humanitaire ne peut pas accéder à Alep-Est, où les dépôts des ONG sont vides. Dans la semaine, des habitants affamés ont attaqué plusieurs dépôts de vivres du conseil municipal rebelle, selon le correspondant de l'AFP.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.