Cet article date de plus de trois ans.

Syrie : le premier convoi humanitaire écourte sa mission dans la Ghouta orientale "en plein milieu des bombardements"

Les quarante-six camions était entrés dans cette partie rebelle proche de Damas quelques heures plus tôt, lundi. Ils étaient chargés d'aide médicale et de nourriture.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des camions du Croissant rouge syrien, transportant de l'aide humanitaire, attendent à un checkpoint près de Damas, le 5 mars 2018. (OMAR SANADIKI / REUTERS)

Il n'ira pas plus loin. Le convoi humanitaire quitte la Ghouta orientale sans avoir terminé la distribution. Ce retrait a été annoncé par l'ONU, lundi 5 mars en début de soirée. "Nous avons livré autant d'aides que possible en plein milieu des bombardements", a écrit sur Twitter Sajjad Malik, le représentant de l'agence de l'ONU pour les réfugiés en Syrie.

Composé d'une quarantaine de camions, le convoi était entré neuf heures plus tôt dans cette enclave rebelle, située à l'est de la capitale Damas. Chargés d'aide médicale et de nourriture, les véhicules avaient de quoi approvisionner 27 500 personnes. Tous n'ont pas pu être déchargés. Un deuxième convoi humanitaire de l'ONU est prévu jeudi.

Pénuries de nourriture et de médicaments 

Assiégés depuis 2013, les 400 000 habitants de la Ghouta orientale subissent au quotidien de graves pénuries alimentaires et de médicaments. Aucune aide n'a pu y entrer depuis que le régime syrien a lancé, mi-février, une campagne aérienne qui a tué plus de 700 civils.

Lundi soir, près de vingt cas de suffocation ont été rapportés après des bombardement du régime syrien sur la partie rebelle de la Ghouta orientale, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, votée à l'unanimité et réclamant un cessez-le-feu de 30 jours dans toute la Syrie pour permettre la distribution d'aides humanitaires et l'évacuation des blessés les plus graves, est restée lettre morte. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.