Cet article date de plus de huit ans.

Syrie : le chef de l'Armée syrienne libre blessé dans une explosion

Il a été touché, dimanche, par un engin piégé. Un coup dur pour les rebelles, alors que le chef de la Coalition nationale a démissionné "pour retrouver sa liberté".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le commandant Riad Al-Assad dans une capture d'écran d'une vidéo postée sur le groupe Facebook de l'Armée syrienne libre, qu'il dirige.  (AP / SIPA )

Au sortir du week-end des 23 et 24 mars, la rébellion syrienne est affaiblie. D'une part, le chef de la Coalition nationale, reconnue comme la représentante légitime du peuple syrien par des dizaines de pays et d'organisations internationales, a démissionné. D'autre part, le chef de l'Armée syrienne libre (ALS), la principale composante de la rébellion, a été blessé dans l'explosion d'un engin piégé dans l'est du pays.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, le colonel Riad Assaad, à la tête de l'ASL, a été blessé à la jambe par une explosion, dimanche soir, au moment où il circulait à bord de sa voiture dans la région de Deir Ezzor. Le même jour, Ahmed Moaz Al-Khatib, chef de la Coalition nationale a annoncé sa démission, qui a été refusée. "J'annonce ma démission de la Coalition nationale, afin de pouvoir œuvrer avec une liberté que je ne peux pas avoir au sein d'une organisation officielle", a-t-il indiqué. 

Lundi 25 mars, à la veille du sommet arabe de Doha, le siège de la Syrie à la Ligue arabe a été attribué officiellement à l'opposition syrienne. La Coalition nationale de l'opposition sera représentée par le "Premier ministre" Ghassan Hitto mais le chef démissionnaire s'y rend également. Ahmed Moaz Al-Khatib a annoncé lundi sur sa page Facebook qu'il comptait se rendre au Qatar pour prononcer un discours "au nom du peuple syrien" devant les chefs d'Etat arabes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.