"S'il vous plaît, faites entendre notre voix au monde entier" : un médecin syrien dans la Ghouta lance un appel au secours

Rapaël Pitti, responsable de l'ONG médicale française UOSSM, a transmis, jeudi à franceinfo, ce message d'un médecin syrien pris au piège dans la Ghouta (Syrie) où "plus de 5 000 personnes sont menacées d'être anéanties".

Une ambulance passe devant des bâtiments lourdement endommagés à Hammuriyeh dans la zone de la Ghouta orientale tenue par les rebelles, à la périphérie de la capitale Damas (Syrie), le 12 février 2016.
Une ambulance passe devant des bâtiments lourdement endommagés à Hammuriyeh dans la zone de la Ghouta orientale tenue par les rebelles, à la périphérie de la capitale Damas (Syrie), le 12 février 2016. (ABDULMONAM EASSA / AFP)

Dans un message écrit, transmis jeudi 15 mars à franceinfo par Rapaël Pitti, son confrère français, un médecin syrien pris au piège dans la Ghouta en Syrie explique que "l'armée bombarde la ville avec toutes sortes d'armes, et continue sa progression". Dans cette lettre partagée par le responsable de l'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM), une ONG médicale française, le médecin appelle clairement à l'aide : "S'il vous plaît, faites entendre notre voix au monde entier."

Sans doute le "dernier" message

Le médecin syrien explique dans cet appel au secours, dont il dit penser que c'est le "dernier", que "l'armée bombarde la ville avec toutes sortes d'armes et continue sa progression". Selon ses dires, "plus de 5 000 personnes sont menacées d'être anéanties" à Hammuriyeh. "Il y a de nombreuses victimes sur les routes, personne ne peut leur porter secours", explique-t-il, qui ne sait pas ce que sont devenues "les familles qui ont fui sous les bombes".

Raphaël Pitti a transmis une copie de ce message, grâce à une amie, au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et à l'ambassadeur de France à l'ONU François Delattre. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, l'armée de Bachar al-Assad a réussi à pénétrer ce mercredi soir dans cette ville du sud de l'enclave.