Cet article date de plus de huit ans.

Le conflit en Syrie a fait plus de 100 000 morts, selon l'ONU

Ce bilan a été publié jeudi par les Nations unies.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Syrien marche parmi les ruines d'une mosquée, à Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie, le 24 juillet 2013. (KARAM JAMAL / AFP)

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) avait annoncé ce chiffre dès le mois de juin : le conflit en Syrie a fait plus de 100 000 morts, a indiqué l'ONU, jeudi 25 juillet.

Depuis le début du conflit qui oppose les rebelles aux troupes du président Bachar Al-Assad, il y a vingt-huit mois, des millions de personnes ont par ailleurs été déplacées ou ont dû se réfugier dans les pays frontaliers, a affirmé jeudi le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, alors que de violents combats font toujours rage à Homs (centre). Selon une ONG syrienne, plus de 2 000 personnes sont mortes depuis le début du ramadan, le 10 juillet.

Peu d'espoir dans l'issue d'une nouvelle conférence de paix

"Il nous faut mettre fin à ce conflit et les actions violentes doivent cesser des deux côtés, a ajouté le secrétaire général de l'ONU, en présence du secrétaire d'Etat américain, John Kerry. Il est impératif de réunir une conférence de paix à Genève dès que possible." Il aimerait voir cette conférence organisée en septembre.

Cette nouvelle réunion, qui devait initialement se tenir en juin, semble mort-née en raison des désaccords majeurs sur son objectif et ses participants, ainsi que de la poursuite de la guerre sur le terrain. "Les chances d'arriver à un résultat significatif avec cette conférence de paix sont proches de zéro, mais les Américains et les Nations unies ne peuvent pas l'admettre", a estimé Richard Gowan, du Centre international de coopération à l'université de New York, cité par l'AFP.

"Il n'y a pas de solution militaire en Syrie, il n'y a qu'une solution politique", a cependant martelé John Kerry. A l'issue d'une rencontre, la veille, avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, il avait maintenu sa conviction qu'une issue diplomatique était possible. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.