Lafarge-Holcim : un groupe de moins en moins Français

Le groupe Lafarge va transférer son siège social en Suisse et supprimer 97 postes à Paris. Cela fait suite à la fusion avec le Suisse Holcim qui, en l'espace de trois ans, a pris le dessus sur le fleuron français.

Voir la vidéo
France 2

La fusion devait être équilibrée. Trois ans plus tard, Lafarge-Holcim, fleuron français du béton, quitte l'Hexagone pour la Suisse. L'entreprise transfère son siège social dans la région de Zürich : 97 postes sont supprimés. En 2014, les deux mariés ne cachent pas leur bonheur et leur espoir de faire naître le numéro un mondial du ciment. Le patron de Lafarge martelle alors que ce mariage de béton se fera à 50/50. "Nous ne quittons pas la France par ce mouvement, expliquait-il à l'époque. Nous restons en France, nous aurons des centres et des fonctions centrales en France". Mais très vite, les noces penchent du côté suisse : le patron français est écarté de la direction opérationnelle du groupe. Lafarge est même empêtrée dans une affaire de financement du terrorisme en Syrie. Il reste 4 500 salariés en France, mais les Français ont perdu le pouvoir.

D'autres entreprises françaises menacées ?

Un tel mariage était-il vraiment équilibré ? Selon les syndicats, la réponse est assurément négative. La mésaventure laisse planer le doute sur d'autres fleurons français. C'est le cas de l'union d'Alstom et de l'Allemand Siemens ou de celle d'Essilor et de l'Italien Luxiotica. Ces entreprises françaises finiront-elles toutes par perdre le pouvoir ?

Le JT
Les autres sujets du JT
Le site du cimentier Lafarge, en Syrie.
Le site du cimentier Lafarge, en Syrie. (DANIEL RIFFET / PHOTONONSTOP / AFp)