Cet article date de plus de dix ans.

La Russie snobe la conférence de Tunis sur la Syrie

Baptisée "conférence des amis de la Syrie", ce sommet international a pour but de trouver "un consensus et un message unifié" sur la situation en Syrie, pays allié de la Russie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov (à droite) avec son homologue des Emirats Arabes Unis, Abdallah ben Zayid al-Nuhayyan, à Moscou (Russie), le 13 février 2012. (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)

La Russie ne participera pas à la conférence internationale de Tunis (Tunisie) sur la crise syrienne, a indiqué mardi 21 février le ministère russe des Affaires étrangères. Cette "conférence des amis de la Syrie", qui aura lieu vendredi, a pour but de "trouver un consensus et un message unifié" sur la situation en Syrie, pays allié de la Russie. Une réunion qui intervient deux semaines après le veto russe au Conseil de sécurité de l'ONU à une résolution condamnant les violences, qui ont fait plus de 5 000 morts depuis un an.

Moscou dénonce une "coalition internationale"

"Nous n'avons pas été informés ni de la composition de ses participants, ni de son ordre du jour", a déclaré un porte-parole du ministère. "Mais ce qui est le plus important, l'objectif réel de cette initiative n'est pas clair (…). Compte tenu de ces circonstances, nous ne voyons pas de possibilité de participer à la conférence de Tunis".

Moscou a "l'impression qu'il s'agit de former une coalition internationale () afin de soutenir une partie d'un conflit intérieur contre l'autre", a-t-il souligné. Il regrette qu'on ait "invité en Tunisie des groupes séparés d'opposition, alors que des représentants du gouvernement syrien n'ont pas été invités () Cela veut dire que les intérêts d'une grande partie de la population de la Syrie, qui soutient les autorités, ne seront pas représentés".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.