Cet article date de plus d'onze ans.

L'ONU autorise le déploiement de 300 observateurs en Syrie

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté à l'unanimité une résolution autorisant l'envoi de nouveaux observateurs samedi.

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un véhicule des observateurs de l'ONU encerclé par des manifestants opposés au régime, à Damas, le 18 avril. (SHAAM NEWS NETWORK / AFP)

Ils étaient 30, ils doivent passer à 300. Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté samedi à l'unanimité la résolution 2043 autorisant l'envoi de nouveaux observateurs en Syrie pour surveiller le cessez-le-feu. Ce dernier est déjà sérieusement compromis. Depuis qu'il est entré en vigueur le 12 avril, 200 personnes sont mortes.

Les 300 observateurs militaires non armés doivent être déployés "rapidement" et "pour une période initiale de 90 jours". Cependant, il faudra d'abord que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon détermine si "la consolidation" du cessez-le-feu permet ce déploiement. L'envoi des 300 observateurs est défini comme un "déploiement initial", laissant la possibilité d'augmenter leur nombre.

Les observateurs se sont rendus à Homs

Samedi dernier, le Conseil avait adopté une première résolution autorisant l'envoi en Syrie d'une équipe préliminiare restreinte de 30 observateurs. La mission d'observateurs est chargée de surveiller le cessez-le-feu en Syrie et d'aider à faire appliquer le plan de paix du médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan.

Par ailleurs, les observateurs de l'ONU déjà présents en Syrie se sont rendus samedi à Homs, cible ces derniers jours de bombardements violents. Jusqu'ici empêchés de se rendre dans cette ville symbole du centre du pays, les observateurs ont rencontré, selon l'agence officielle Sana, le gouverneur de la province du même nom.  La crise en Syrie a fait plus de 9000 morts depuis 13 mois selon l'ONU.

Syrie : les observateurs de l'ONU visite Homs (Francetv info)

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.