Irak : la tension monte après le référendum au Kurdistan

Au lendemain du référendum historique sur l'indépendance du Kurdistan irakien, lundi 25 septembre, Bagdad a ordonné le déploiement de l'armée dans les zones disputées.

France 2

Joie dans les rues d'Erbil, au nord de l'Irak. Les résultats du référendum ne seront connus que ce mardi 26 septembre, mais l'issue ne fait aucun doute. Plus de trois millions de votants et le "oui" à l'indépendance qui va l'emporter. Problème pour les Kurdes, cette consultation n'a pas reçu l'approbation de l'État central basé à Bagdad. Le Kurdistan irakien restera une région autonome du pays. Mais ce scrutin n'est pas sans conséquence.

Risque d'instabilité

Les États-Unis, la Turquie, la Syrie ou encore l'Iran ont condamné cette initiative. Pour eux, ce référendum risque d'augmenter l'instabilité dans la région. Le peuple kurde s'étend sur quatre pays. 40 millions de personnes souhaitent leur autonomie. Une menace pour les États où vivent ces minorités. Bagdad vient d'ordonner le déploiement de l'armée dans les zones disputées avec les Kurdes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Devant une foule galvanisée, le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani a martelé vendredi son intention de tenir lundi son référendum d\'indépendance. 
Devant une foule galvanisée, le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani a martelé vendredi son intention de tenir lundi son référendum d'indépendance.  (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)