Syrie : Fabius veut classer un groupe rebelle comme "organisation terroriste"

Le ministre des Affaires étrangères s'en prend, dans une interview au "Monde", aux islamistes du Front jihadiste Al-Nosra, affilié à Al-Qaïda.

Le ministre des Affaires étrangères, le 4 février 2012, en visite à Beyrouth (Liban).
Le ministre des Affaires étrangères, le 4 février 2012, en visite à Beyrouth (Liban). (ANWAR AMRO / AFP)

Laurent Fabius veut faire le ménage au sein de l'opposition syrienne. Le ministre des Affaires étrangères a proposé, jeudi 9 mai, de classer les rebelles islamistes du Front jihadiste Al-Nosra comme "organisation terroriste au sens de l'ONU". Une façon, selon lui, d'"augmenter [le] soutien" de la France à l'opposition modérée en Syrie.

Soutenir les modérés

"Nous allons augmenter notre soutien envers l'opposition modérée, la Coalition nationale syrienne", a déclaré Laurent Fabius, dans un entretien au journal Le Monde daté de vendredi. Cette coalition "doit s'élargir, s'unifier et garantir clairement à chaque communauté le respect de ses droits en cas de changement de régime", poursuit-il. Et d'affirmer : "La tragédie syrienne, si elle se poursuit, peut être la pire catastrophe humanitaire et politique de ce début de siècle".

La France a été le premier pays à reconnaître la coalition, le 13 novembre, moins de deux jours après sa naissance. François Hollande veut même y voir "le futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique".

Combattre les extrémistes

"Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, nous proposons de classer comme 'organisation terroriste' au sens de l'ONU le Front Al-Nosra", a ajouté le ministre français. Il rappelle que ce groupe est "opposé à Bachar Al-Assad, mais filiale d'Al-Qaïda".

Al-Nosra, inconnu avant le début de la révolte syrienne en mars 2011, a connu une ascension fulgurante, revendiquant la plupart des attentats-suicides menés dans le pays et s'imposant sur la quasi-totalité des théâtres de combat. Les Etats-Unis l'ont déjà inscrit sur leur liste des organisations terroristes étrangères. Son chef a été blessé, mercredi, dans un bombardement de l'armée syrienne.