Cet article date de plus de quatre ans.

4 Vérités - Syrie: "On ne gagne pas quand on massacre son peuple, affirme Ayrault

Publié
Durée de la vidéo : 9 min.
4 Vérités
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Jean-Marc Ayrault est l'invité de Caroline Roux sur le plateau des 4 Vérités de France 2 ce mercredi 14 décembre.

"Bachar al-Assad n'a pas gagné : on ne gagne pas quand on massacre son peuple", assène Jean-Marc Ayrault dans les 4 Vérités ce mercredi matin. Selon le ministre des Affaires étrangères, depuis 2011, le conflit en Syrie a fait "300 000 morts" et "dix millions de personnes déplacées, dont la moitié sont réfugiés dans un pays voisin ou en Europe. C'est un échec terrible et une tragédie".

À propos de l'évacuation des civils, censée débuter mardi soir, elle n'avait toujours pas commencé ce matin. "On a parlé d'un accord entre les Turcs et le régime, avec une garantie des Russes, mais en fait, c'est la confusion totale", concède le ministre des Affaires étrangères.

Paris réclame une reprise des négociations

"Ce que la France demande, déclare-t-il, c'est la présence d'observateurs des Nations unies sur place pour avoir une garantie que l'évacuation, qui est une priorité de la population civile, se fera et que les combattants ne soient pas massacrés".

Et d'ajouter : "Il faut aussi que les ONG comme l'UNICEF, la Croix-Rouge puissent intervenir, car il y a aussi une tragédie humanitaire qui indigne la communauté internationale".

"Nous proposons de reprendre le plus vite possible les négociations pour une transition politique avec les Russes, les Américains, le régime syrien et l'opposition. On négocie avec tout le monde quand on veut faire la paix", affirme Jean-Marc Ayrault, qui ne veut pas que "Bachar al-Assad, qui a massacré son peuple, ne soit pas la solution d'avenir".

"Tout jihadiste qui revient en France doit être arrêté et emprisonné", conclut-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.