Réveil du volcan Calbuco, le sud du Chili en alerte rouge

Le volcan Calbuco, qui se trouve dans le sud du Chili, est entré en éruption à deux reprises depuis mercredi soir, après 43 ans de sommeil. 5.000 personnes qui vivent autour ont été évacuées.

(Le volcan Calbuco, au Chili, est entré en éruption pour la première fois depuis 1972, mercredi soir. 5.000 personnes ont été évacuées. © SIPA)

Dans un rayon de 20 km autour du volcan Calbucco, les habitants ont reçu l’ordre d’évacuer. Après 43 ans de sommeil, le Calbuco est entré en éruption mercredi soir et jeudi matin. 5.000 personnes ont fui l’impressionnant panache de cendres.

Les localités proches du volcan sont en "état d’exception constitutionnel ", sous contrôle temporaire de l’armée. Un couvre-feu a également été instauré. Les secours organisent un survol de la zone pour convaincre les dernières personnes présentes dans la zone de quitter les lieux. Puerto Montt et Puerto Varas, deux villes situées à environ 1.300 kilomètres au sud de Santiago, sont, elles, en alerte rouge.

Un panache de cendres de 10 km

Le volcan est entré en éruption une première fois mercredi à 18h, pendant une heure et demi, avant une seconde éruption jeudi, vers 1h. Il s'agit d'une éruption de type explosive, aucune coulée de lave n’a encore été constatée. Le panache de fumée et de cendres s'élève à plus de 10 km de haut. Le ministre de l'Intérieur, Rodrigo Penailillo, a parlé d'une éruption de niveau 4 ou 5, sur une échelle de 0 à 8.

Le réveil du volcan est arrivé par surprise, puisqu’aucun signe d’activité n’avait été enregistré jusque là. Il n'était pas entré en activité depuis 1972. Un phénomène mystérieux, même pour les volcanologues. "Savoir pourquoi après quelques dizaines d’années, un volcan se réveille comme ça, soudainement, c’est une énigme pour les volcanologues ", explique Olivier Roche, volcanologue, chargé de recherche au laboratoire Magmas et Volcans (LMV) de Clermont-Ferrand.

Panique à Puerto Montt

La ville de Puerto Montt a été paralysée par d’importants embouteillages mercredi soir, les supermarchés et les stations essence ont été pris d’assaut. Les habitants ont "très très peur ", raconte le maire de la ville, Gervoy Paredes, qui ajoute que du fait de l’éruption, "le fleuve Blanco serait en train de déborder en raison du dégel ".

Les cendres se sont déjà répandues dans la nuit, comme à Pucon, au nord du volcan, selon un internaute, qui poste des photos de la ville au matin.

Retombées de cendres sur le pays

Le gouvernement chilien n’a fait état, ni de victimes, ni de disparus. La présidente chilienne, Michelle Bachelet, doit se rendre sur place jeudi. La grande quantité de cendres contenues dans le nuage constitue un danger potentiel, analyse Olivier Roche, "pour les populations qui peuvent inhaler les cendres, et pour les infrastructures, puisque si les cendres tombent sur les bâtiments et chargent les toits, ceux-ci peuvent s’effondrer ".

 

Olivier Roche, volcanologue : "Le gros danger, c’est la retombée de cendres qui peut se produire dans les prochaines heures sur la ville."
--'--
--'--

Si de la lave devait aussi sortir du volcan, la situation pourrait empirer : la fonte des neiges au sommet de Calbuco pourrait entraîner l’augmentation du niveau des rivières, voire des inondations. Un scénario "peu probable " selon Olivier Roche mais qui n'est pas à exclure. "Il faut voir comment l’éruption va continuer dans les prochains jours, voire les prochaines semaines , explique-t-il. Il se pourrait que l’éruption se prolonge ."

L'Argentine aussi en état d'alerte

Le sud de l’Argentine est également en état d’alerte, comme la ville frontalière de Bariloche."Il semblerait que les vents d’Ouest portent les cendres vers l’Argentine ", constate Olivier Roche. Le Service national de géologie et des mines chilien a annoncé sur Twitter l'arrivée sur le pays de l’épais nuage de cendres généré par l’éruption.

La circulation aérienne est interrompue au départ et à destination de la zone. Un phénomène comparable à celui connu lors de l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull, qui avait perturbé le trafic aérien européen pendant plusieurs semaines en 2010.100.000 vols avaient été annulés en un mois. Là encore, le nuage de cendres risque d'encrasser les moteurs des avions.

Après l’éruption du volcan Villarrica en mars, qui avait entraîné l'évacuation de 3.600 personnes, c’est le second épisode volcanique en quelques semaines au Chili.

 

(Le volcan Calbuco est entré en éruption mercredi soir au Chili. © Idé)