Cet article date de plus de dix ans.

Quatre mineurs sont morts après une explosion de charbon dans une mine au centre de la Chine.

C'est un nouvel accident qui endeuille une industrie déjà très coûteuse en vies humaines.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le travaille de recherches se poursuit. Photo prise sur les lieux, le 4 novembre. (Zhu Xiang / XINHUA)

C'est un nouvel accident qui endeuille une industrie déjà très coûteuse en vies humaines.

"A ce stade, quatre mineurs sont morts et il en reste 57 prisonniers au fond", avait dans un premier temps déclaré par téléphone un porte-parole de la mine de Qianqiu, dans la province du Henan, qui appartient à un grand groupe minier public, le Henan Yima Coal Mine Group.

"Les recherches se poursuivent de manière intensive", avait ajouté le porte-parole qui n'a pas souhaité communiquer son nom.
Un autre responsable de la société, qui s'est identifié comme M. Du, a annoncé ensuite que sept mineurs avaient pu être secourus. "Nous avons localisé les autres mineurs et nous redoublons nos efforts de sauvetage", a-t-il ajouté.

Une explosion ayant entraîné la projection soudaine de roches a eu lieu dans la mine jeudi soir, a expliqué de son côté l'agence Chine nouvelle. Elle est survenue après un léger séisme de magnitude 2,9 dans la ville de Sanmenxia, dans le Henan, où se trouve la mine, mais on ignore si un lien direct peut être établi.

Au total, 75 mineurs se trouvaient dans le puits au moment de l'accident mais 14 sont parvenus à remonter à la surface, sans compte les sept secourus plus tard. Cet accident, dont le bilan humain pourrait être très lourd, est le dernier en date d'une industrie minière qui reste la plus dangereuse au monde. Il intervient cinq jours après un coup de grisou qui a tué 29 mineurs dans la province méridionale du Hunan.

L'an dernier, 2.433 mineurs sont morts en Chine, selon les statistiques officielles, soit plus de six par jour. Mais ces chiffres, déjà très élevés, sont probablement largement sous-évalués, selon des ONG.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.