Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Le chaos règne à Gaza

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
SAMAH SOULA, PHILIPE MAIRE - FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les bombardements ont redoublé d'intensité après l'échec d'une trêve.

L'envoyée spéciale de France 2 témoigne du "chaos" qui règne à Gaza, dimanche 20 juillet. Au moins 62 Palestiniens ont été tués et 400 autres blessés dans le bombardement par l'armée israélienne d'un quartier de la ville que fuient des milliers d'habitants. Parmi les tués figurent de nombreux enfants.

Israël et le Hamas étaient convenus à la mi-journée d'observer une "trêve humanitaire" de deux heures, à la demande du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), mais les tirs ont rapidement repris, chaque camp s'accusant d'avoir rompu le cessez-le-feu. Le bilan de dimanche à Chedjaïa (le quartier de Gaza visé) est le plus lourd enregistré dans un bombardement depuis qu'Israël a déclenché son offensive contre le territoire palestinien le 8 juillet, à la suite de tirs de roquettes contre son sol.

L'attaque la plus violente depuis 1967 ?

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a parlé de "nouveau massacre commis par le gouvernement israélien à Chedjaïa" et a décrété un deuil national de trois jours. Des habitants paniqués ont afflué à l'hôpital Chifa, bondé de blessés. Des personnes âgées ont dit à Reuters que cette attaque israélienne était la plus violente depuis la guerre des Six-Jours en juin 1967.

Des milliers d'habitants ont fui le quartier par tous les moyens possibles, certains à pied, d'autres à l'arrière de camions ou juchés sur le toit de voitures. Interrogé sur les pilonnages menés par Tsahal, une porte-parole militaire israélienne a répondu : "Il y a deux jours, les habitants de Chedjaïa avaient reçu pour message d'évacuer le secteur pour se mettre à l'abri". Le Hamas a demandé à la population de ne pas tenir compte des demandes d'évacuation faites par les Israéliens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.