Cet article date de plus de huit ans.

Une entreprise pakistanaise rappelle que voler de l'électricité, c'est "péché"

Désespérée, Pesco compte sur la conscience religieuse de ses clients musulmans. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une des affiches de la société productrice d'électricité Pesco, à Peshawar (Pakistan), le 21 juillet 2013. (A. MAJEED / AFP)

"Jeûnez, payez la zakat [aumône], aidez vos parents, mais faites tout cela grâce à la lumière de l'électricité légale." Au Pakistan, les affiches de la compagnie d'électricité Pesco détonnent. 

En plein ramadan, le producteur d'électricité de Peshawar, la grande ville du nord du pays, a payé des encarts dans les principaux journaux locaux pour rappeler à la population que pirater un compteur d'électricité ou ne pas payer ses factures tenait du péché. "Les imams ont décrété que faire de bonnes actions avec l'électricité volée était contraire à la charia, la loi islamique, alors cessons de consommer de l'électricité volée et préparons-nous au jour du jugement dernier", insiste Pesco, au bord du gouffre.

Au Pakistan, pays musulman de 180 millions d'habitants confronté à la pire crise énergétique de son histoire, citadins et villageois volent de l'électricité. Le plus souvent grâce à un crochet nommé "kunda", relié à un fil branché directement sur les lignes de transmission, ce qui permet de contourner les compteurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.