Cet article date de plus de douze ans.

Un week-end de combats alors qu'un émissaire libyen s'est rendu en Grèce pour évoquer l'arrêt des combats

Si son armée résiste aux assauts des rebelles, le pouvoir libyen a connu un revers politique et diplomatique avec la démission d'un conseiller du colonel Kadhafi, Ali Tikri, doyen des diplomates et ancien "M. Afrique".
Article rédigé par France2.fr avec agences
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Insurgés le 3 avril 2011 (AFP/ODD ANDERSEN)

Si son armée résiste aux assauts des rebelles, le pouvoir libyen a connu un revers politique et diplomatique avec la démission d'un conseiller du colonel Kadhafi, Ali Tikri, doyen des diplomates et ancien "M. Afrique".

Ce diplomate de haut rang, ancien ministre des Affaires étrangères et des Affaires africaines, ambassadeur de Libye à l'ONU, n'a toutefois pas dit s'il rejoignait le camp des rebelles, a indiqué la Ligue arabe au Caire.

Cette démission est intervenue alors qu'au moins deux fils du colonel Kadhafi proposent une transition vers une démocratie constitutionnelle qui prévoirait le retrait du pouvoir de leur père, a rapporté dimanche soir le New York Times.

Un émissaire libyen en Grèce
Le vice-ministre libyen des Affaires étrangères et des Affaires européennes, Abdelati Laabidi, a rencontré dimanche le Premier ministre grec Georges Papandreou. Venu à Athènes à la demande de Tripoli, l'émissaire du colonel Kadhafi a transmis un message faisant apparaître que le régime "cherche une solution" au conflit en Libye, "selon les mots utilisés par l'envoyé libyen", a déclaré dans la soirée le chef de la diplomatie grecque, Dimitris Droutsas.

Les combats à Brega

Après s'être emparés de l'Université du pétrole, un énorme campus à l'entrée est de la ville, les rebelles ont dû se replier sous le feu des pro-Kadhafi. De fortes explosions résonnaient en provenance des positions de ces derniers, tandis que des avions de l'Otan, dont les frappes aériennes ont freiné ces derniers jours la contre-offensive des forces loyalistes vers l'est, survolaient la région.

Les avions de combat français engagés dans le ciel libyen ont de nouveau détruit au cours du week-end plusieurs blindés des forces pro-Kadhafi, a annoncé dimanche l'état-major des armées dans un communiqué publié sur son site internet. Dans la matinée de dimanche, des Rafale, Super Etendard, Mirage 2000 et Mirage F1 de l'armée de l'air et de la marine, qui effectuaient des patrouilles aux abords du port pétrolier de Ras Lanouf, ont détruit "plusieurs véhicules blindés de l'armée libyenne", a-t-il précisé. Samedi soir, toujours selon l'état-major, d'autres patrouilles avaient "détruit cinq véhicules blindés dans la région de Syrte".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.