Un important convoi de véhicules civils et militaires en provenance de Libye a été repéré mardi au Niger

Des rumeurs évoquent la présence de Kadhafi ou de ses proches au sein de ce convoi qui a traversé Agadez (nord du pays) et roulait mardi vers la capitale Niamey.Le Conseil national de transition (CNT) se rend mercredi au Niger pour demander à ce pays de sécuriser ses frontières et empêcher toute tentative de Kadhafi ou de sa famille d'y entrer.

La tête de Mouammar Kadhafi mise à prix sur une affiche du groupe d\'opposants Al-Manara. Août 2011.
La tête de Mouammar Kadhafi mise à prix sur une affiche du groupe d'opposants Al-Manara. Août 2011. (AFP - Al Manara Media)

Des rumeurs évoquent la présence de Kadhafi ou de ses proches au sein de ce convoi qui a traversé Agadez (nord du pays) et roulait mardi vers la capitale Niamey.

Le Conseil national de transition (CNT) se rend mercredi au Niger pour demander à ce pays de sécuriser ses frontières et empêcher toute tentative de Kadhafi ou de sa famille d'y entrer.

"Il ne s'agit pas de Kadhafi et je ne pense pas que le convoi ait les proportions qu'on lui attribue", a estimé mardi le ministre nigérien des Affaires étrangères Mohamed Bazoum, à propos des rumeurs concernant l'ex-homme fort de la Libye.

Un autre membre du CNT, Fathi Badja, président de la commission pour les affaires politiques et internationales du CNT, a affirmé mardi à Reuters que "tard hier (lundi) soir, dix véhicules chargés d'or, d'euros et de dollars sont passés au Niger via Djoufra avec l'aide de touaregs d'un tribu nigérienne".

Le Niger a reconnu le Conseil national de transition (CNT).

La France ne dispose "d'aucune information permettant de croire que le colonel Kadhafi se trouve dans le convoi", a affirmé mardi à l'AFP la présidence française. L'Otan a réaffirmé de son côté que sa mission était de "protéger la population civile en Libye, pas de poursuivre ou de cibler les milliers de dirigeants de l'ancien régime en fuite, de mercenaires, de commandants militaires ou de personnes déplacées".

Mouammar Kadhafi a probablement quitté la ville de Bani Walid pour se diriger plus au sud, vers le Tchad ou le Niger, avec l'aide de tribus loyalistes, a déclaré mardi soir un haut responsable militaire des nouvelles autorités libyennes. Hicham Bouhagiar, qui coordonne la traque de l'ancien dirigeant libyen, a déclaré que selon certaines informations, Mouammar Kadhafi se trouvait trois jours plus tôt dans la localité de Ghouat, à 950 km au sud de Tripoli et à 300 km au nord de la frontière avec le Niger.

Une délégation de onze Libyens arrivée dimanche au Niger
Déjà dimanche, une délégation composée de trois Nigériens, Agaly Alambo - figure de la révolte Touareg -, deux de ses frères, et d'onze Libyens parmi lesquels Mansour Daw, chef des brigades sécuritaires sous l'ère Kadhafi, était arrivée au Niger, selon une source gouvernementale nigérienne. Celle-ci a toutefois précisé que l'ex-dirigeant n'était pas dans le convoi.

Kadhafi "en excellente santé", selon un porte-parole
Mouammar Kadhafi est "en excellente santé" et "dans un endroit que cette racaille n'a pas atteint", a déclaré l'ex-porte-parole du régime Moussa Ibrahim interrogé lundi par téléphone par la télévision arabe Arrai. "Il combat à l'intérieur de la Libye" et "organise la défense" de son pays, a-t-il ajouté. "Nous sommes encore puissants", a-t-il assuré, affirmant sans les nommer, que les fils du dirigeant libyen renversé "assument leur rôle dans la défense et le sacrifice" pour leur pays.

Depuis l'entrée des combattants pro-CNT dans sa résidence de Bab al-Aziziya à Tripoli le 23 août, l'ex-leader est intervenu à plusieurs reprises pour appeler ses partisans "à la résistance" par l'intermédiaire de messages audio diffusés par la chaîne Arrai, mais les dernières images de lui remontent au 12 juin.

La télévision libyenne l'avait montré, vêtu d'une abaya marron et portant des lunettes de soleil noires, en train de jouer aux échecs avec le président controversé de la Fédération internationale des échecs (Fide), le Russe Kirsan Ilioumjinov.