Les cinq fois où Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, a (déjà) été annoncé mort

Le chef du groupe Etat islamique (EI) est régulièrement annoncé pour mort. Mais, pour le commandant américain de la coalition contre l'EI en Irak et en Syrie, Abou Bakr al-Baghdadi est sans doute encore en vie.

Capture d\'écran d\'une vidéo de propagande, diffusée le 5 juillet 2014, dans laquelle Abu Bakr Al-Baghdadi se présente comme le leader de l\'Etat islamique.
Capture d'écran d'une vidéo de propagande, diffusée le 5 juillet 2014, dans laquelle Abu Bakr Al-Baghdadi se présente comme le leader de l'Etat islamique. (AL-FURQAN MEDIA / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Son prétendu décès fait régulièrement la une de l'actualité. Le leader de l'Etat islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, avait encore été annoncé mort, mardi 11 juillet, par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Mais, jeudi 31 août, le général Stephen Towsend, commandant américain de la coalition contre l'EI en Irak et en Syrie, a estimé que celui-ci était sans doute encore en vie. "Nous le cherchons tous les jours. Je ne pense pas qu'il soit mort", a-t-il indiqué, lors d'une conférence téléphonique.

Le mystérieux chef de l'EI aurait ainsi pu s'enfuir avec d'autres jihadistes dans la vallée de l'Euphrate, une région qui s'étend de la Syrie à l'Irak, après l'offensive de la coalition et des alliés locaux sur Mossoul, Raqa et Tal Afar, les bastions de l'EI. Retour sur ces cinq fois où Abou Bakr al-Baghdadi a été donné pour mort. 

Après un raid aérien en octobre 2005, à la frontière syrienne

L'annonce. A cette époque, Abou Bakr Al-Baghdadi a rejoint Al-Qaïda après l'invasion américaine en Irak. S'il est inconnu du monde entier, les Etats-Unis le connaissent sous le nom d'Abou Du'a. Radicalisé et ultraviolent, l'homme organise des procès publics, à la sauce talibane, où il exécute lui-même ceux qu'il juge coupables, d'après le département de la Défense américain. Il est annoncé mort en octobre 2005 par les forces américaines après un raid aérien à la frontière syrienne, comme le rappelle Le Monde. 

Le démenti. Cinq ans plus tard, il réapparait vivant à la tête du groupe Etat islamique en Irak et au Levant en Irak (EIIL). C'est à Mossoul, grande ville du nord de l'Irak, que le chef de l'EI fait sa seule apparition publique connue, en juillet 2014, à la mosquée Al-Nouri.

Après des frappes américaines à Mossoul, en novembre 2014

L'annonce. A l'automne 2014, l'armée américaine affirme avoir mené une série de frappes aériennes en Irak contre un rassemblement de dirigeants de l'EI près de Mossoul. Un convoi de véhicules formé de dix camions armés de l'EI a été détruit. Les Etats-Unis ne sont toutefois pas en mesure de confirmer si Abou Bakr Al-Baghdadi était présent lors de ce rassemblement. Mais des médias arabes relaient des rumeurs sur sa mort.

Le démenti. Quelques jours plus tard, l'organisation terroriste diffuse un message audio attribué à son calife auto-proclamé, d'une durée de 17 minutes."La marche [de l'EI] ne s’arrêtera pas et son expansion se poursuivra, si Dieu le veut", proclame la voix dans cet enregistrement non-authentifié. 

Après une nouvelle frappe près de la frontière syrienne, en mars 2015

L'annonce. Selon le très sérieux quotidien britannique The Guardian (en anglais), Abou Bakr Al-Baghdadi est grièvement blessé par une frappe aérienne menée le 18 mars 2015 dans un village près de la frontière irako-syrienne. La cible aurait été un convoi de trois voitures. Le journal affirme même que les lieutenants du chef terroriste ont anticipé sa possible mort et préparé sa succession.

Le démenti. Le Pentagone dément l'information auprès de l'AFP. Le colonel Steven Warren, alors porte-parole du Pentagone, assure que l'Etat islamique "n'était pas" une cible des frappes qui se sont déroulées le 18 mars.

Après un raid à Raqqa, en Syrie, en juin 2016

L'annonce. Plusieurs médias, parmi lesquels le site du quotidien turque YeniSafak ou le Daily Mail (en anglais), relaient, le 14 juin 2016, une information selon laquelle le chef de l'EI est (encore) mort. Comme le rappelle Slate, il s'agit en réalité d'un communiqué de l’organisation terroriste truqué par des moyens numériques, selon The Independent (en anglais), dans lequel était écrit en arabe : "Abou Bakr Al-Baghdadi a été tué par une frappe aérienne de la coalition à Raqqa, en ce cinquième jour de Ramadan."
Le démenti. En novembre, Abou Bakr Al-Baghdadi en personne sort de son silence. Dans un message audio, il exhorte ses troupes à lutter et défendre Mossoul alors que les forces spéciales irakiennes ont pénétré dans la ville. 
Fin 2016, Peter Cook, le porte-parole du Pentagone, confirme à CNN : "Nous pensons que Baghdadi est vivant et qu'il dirige toujours le groupe Etat islamique." Selon lui, Abou Bakr Al-Baghdadi est toutefois isolé. 

Après un bombardement de l'armée russe en mai 2017, à Raqqa

L'annonce. L'armée russe annonce, à la mi-juin de cette année, avoir probablement tué, fin mai, le chef de l'EI lors de bombardements par son aviation visant une réunion de hauts dirigeants de l'organisation jihadiste, près de Raqqa en Syrie. Le ministère russe de la Défense, dans un communiqué, précise que les Américains ont été prévenus de l'opération.

Là encore, l'information n'a pas pu être vérifiée. "Je n'ai vu aucune preuve convaincante, renseignement ou rumeur de quelque source que ce soit de sa mort (...) Il y a aussi des indicateurs dans les canaux de renseignement selon lesquels il est encore en vie", a ainsi expliqué, jeudi 31 août, Stephen Townsend, commandant de la coalition contre l'EI en Irak et en Syrie.