Cet article date de plus de neuf ans.

Nouvelles manifestations violentes en Egypte

Deux personnes ont été tuées aujourd'hui en Egypte dans les manifestations contre le régime du président Moubarak qui ont émaillé le pays. Le bilan total des violences dans le pays s'élève désormais à six morts. Un nouvel appel à la manifestation a été lancé pour vendredi, jour de la prière. Les réseaux sociaux Twitter et Facebook ont été coupés. L'Union européenne et les Etats-Unis protestent contre la répression.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Deux morts au Caire, 70 blessés à Suez, tel est le bilan des manifestations d'aujourd'hui en Egypte. Un policier et un civil ont été tués au Caire, ce qui porte le bilan total des violences à six morts. Mais selon un responsable égyptien qui a souhaité rester anonyme, ces deux derniers décès ne seraient pas liés aux troubles, mais résulteraient d'un accident de la circulation. Des bâtiments gouvernementaux ont été attaqués au cocktail Molotov et un bâtiment municipal a totalement brûlé à Suez. Dans cette ville, des émeutes ont éclaté suite au refus de la police de remettre le corps d'un des trois manifestants tués la veille.

Au Caire, le quartier du ministère des Affaires étrangères a été le lieu d'affrontements violents. Les manifestants ont forcé les entrées, avant d'être dispersés par les forces de l'ordre à l'aide de gaz lacrymogènes.

Près de 500 personnes ont été arrêtées aujourd'hui, alors que 200 autres restaient en prison après les vagues d'arrestations des jours précédents.

Mais la présence policière impressionnante, appuyée par des blindés, et les interdictions lancées par le gouvernement contre les manifestations n'ont pas découragé les protestataires du “Mouvement du 6 avril”, un groupe pour la démocratie qui réclame des réformes politiques, économiques et sociales dans le pays. “Nous voulons faire tomber le régime”, ont scandé les protestataires en lançant des pierres sur les policiers qui ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles caoutchoutées, ont indiqué les témoins.

Ce groupe est particulièrement actif sur internet et les autorités égyptiennes ont tenté de lui couper l'herbe sous le pied en coupant les accès au réseau Twitter, utilisé pour diffuser les appels à manifester. Le site internet suédois Bambuser, qui permet de visionner directement en flux sur l'internet des vidéos filmées par téléphone mobile ou webcam, est bloqué. Facebook a aussi connu des perturbations pendant la journée.
_ Malgré ces tentatives, le Mouvement du 6 avril a de nouveau appelé par SMS à manifester vendredi, jour de prière.

Les Etats-Unis, rejoints par l'Union européenne, ont appelé l'Egypte, un de leurs proches alliés, à lever l'interdiction de manifester, et à ne pas perturber le fonctionnement des réseaux sociaux sur internet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.