Cet article date de plus de dix ans.

Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi que Paris et Londres préparaient une solution politique et diplomatique commune

"La prochaine étape, c'est le sommet de Londres" sur la Libye prévu mardi où les membres de la coalition "discuteront du pilotage politique et des prochaines étapes de l'opération militaire", a dit le chef de l'Etat, lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet de l'UE.Il a ajouté qu'il aimerait "associer l'Allemagne" à toute initiative.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
David Cameron (g) Nicolas Sarkozy et Angela Merkel (d) discutent lors d'un sommet européen à Bruxelles, le 24 mars 2011. (AFP - John Thys)
"La prochaine étape, c'est le sommet de Londres" sur la Libye prévu mardi où les membres de la coalition "discuteront du pilotage politique et des prochaines étapes de l'opération militaire", a dit le chef de l'Etat, lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet de l'UE.

Il a ajouté qu'il aimerait "associer l'Allemagne" à toute initiative.

"Je ne veux pas" que cela soit "une pomme de discorde entre la France et l'Allemagne", a déclaré M. Sarkozy alors que Berlin a refusé de s'engager militairement.

Le but de cette initiative franco-britannique sera de bien montrer que la solution ne peut pas être que militaire et qu'elle sera "forcément une solution politique et diplomatique", a-t-il ajouté.

Le président français a également expliqué qu'une "no fly zone" (zone d'exclusion aérienne) ne signifiait pas seulement l'interdiction des avions de survoler le territoire libyen, mais "aussi neutraliser les chars et missiles portables".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.