Cet article date de plus de huit ans.

Netanyahu se dit prêt "à presser sur le bouton" contre l'Iran

Le Premier ministre israélien a expliqué qu'il n'hésitera pas à lancer une attaque conventionnelle si Téhéran poursuit son programme nucléaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a déclaré, lundi 5 novembre, qu'il n'hésiterait pas à frapper l'Iran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire.  (GALI TIBBON / AFP)

PROCHE-ORIENT – "Je suis bien sûr prêt, s'il le faut, à presser sur le bouton." Benyamin Netanyahu l'assure : il n'hésitera pas à déclencher une attaque conventionnelle (et non nucléaire) contre les sites d'enrichissement d'uranium iraniens. "En fin de compte, la responsabilité repose sur le Premier ministre, et tant que je serai Premier ministre, l'Iran n'aura pas l'arme nucléaire. S'il n'y a pas d'autre moyen, Israël est prêt à agir", a-t-il expliqué sur la chaîne 2 du pays, lundi 5 novembre. 

Pour appuyer ses menaces, le Premier ministre a expliqué qu'à la suite de ses mises en garde, "le président Obama a formellement reconnu à Israël le droit à l'autodéfense, et le président Hollande aussi". Israël n'a jamais reconnu posséder d'armes atomiques, mais les experts estiment que l'Etat hébreu détient au moins 200 ogives nucléaires.

Benyamin Netanyahu avait déjà prononcé un discours remarqué à la tribune des Nations unies, le 27 septembre. Un dessin de bombe à la main, il avait réclamé que l'organisation fixe une "ligne rouge" à l'Iran. Tout au long de la campagne présidentielle américaine, le Premier ministre israélien a également tenté d'imposer ce concept à l'administration Obama. Jusqu'ici, en vain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.