Liban : le cannabis pour sauver l'économie du pays ?

Le Liban est un gros producteur de cannabis. 80% des habitants de la région de la Békaa vivent de sa culture. Une économie illégale parallèle dont l'État libanais entend toutefois tirer profit en légalisant le cannabis à des fins thérapeutiques.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Dans la vallée de la Békaa, au Liban, on retrouve un océan de cannabis niché au cœur des montagnes. Cette production illégale est protégée depuis un siècle par les milices locales. Le gouvernement veut légaliser ce business florissant et faire de ce qu'on appelle ici le "haschich", l'or vert de l'économie libanaise. Il y a quelques années, une descente de la police a ici été repoussée à coups de lance-roquettes. Cultivé depuis un siècle, le cannabis a connu un essor majeur durant la période conflit au Liban.

L'exportation rapporterait plus de 800 millions d'euros au Liban

Une source d'argent frais pour les seigneurs de guerre. Son poids reste aujourd'hui considérable dans l'économie locale. Fraîchement installé dans cette luxueuse villa, le maire de la ville de Yammouné ne s'en cache pas. "Ici 80% des gens vivent du haschich. Si le cannabis est légalisé, 35 000 personnes pourront désormais vivre sans craindre d'être arrêtées", explique Talal Chreif. Une économie parallèle renforcée par les réfugiés syriens, main-d'oeuvre bon marché pour la récolte. À Beyrouth, le ministre de l'Économie est chargé du dossier et prône la légalisation du cannabis à visée thérapeutique. Son exportation pourrait à terme rapporter plus de 800 millions d'euros au Liban. Un projet de loi doit prochainement être étudié par les députés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un plant de cannabis 
Un plant de cannabis  (ROBYN BECK / AFP)