12 juillet 2006. Israël bombarde le sud du Liban

Après l’enlèvement par le Hamas à Gaza du soldat israélien Gilad Shalit, le 25 juin 2006, deux autres membres de Tsahal subissent le même sort à la frontière libanaise.

Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert et Hassan Nasrallah, le chef de la milice libanaise du Hezbollah.
Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert et Hassan Nasrallah, le chef de la milice libanaise du Hezbollah. (AFP / Menahem Kahana Haitham Mussawi)
Ils sont capturés, cette fois-ci, par la résistance islamique, branche armée du Hezbollah, lors d’une attaque qu'elle a lancée à partir du Liban contre le nord d'Israël. La riposte de l’Etat hébreu est immédiate. Le 12 juillet 2006, les chars israéliens franchissent la frontière libanaise et l'aviation y bombarde plusieurs localités.
 
Les faits en images …

Extrait du tract édité par l'Etat hébreu et largement diffusé sur le territoire libanais:
«À la suite des actions terroristes du Hezbollah, qui portent atteinte à la prospérité du Liban, l'armée israélienne agira au Liban pour toute la durée nécessaire afin de protéger le peuple israélien. Pour votre sécurité et afin d'éviter toute atteinte aux personnes civiles qui ne sont pas impliquées avec le Hezbollah, évitez de vous trouver dans des endroits en relation avec le Hezbollah. Il faut que vous sachiez que la continuation des actions terroristes contre Israël est une épée à double tranchant pour vous et pour le Liban. Signé Israël.»
 
Les combats prennent fin au Liban le lundi 14 août 2006. Tsahal déplore la perte de 119 soldats et de 43 civils. Quant au Hezbollah, il aurait perdu entre 250 et 600 miliciens. En outre, près de 1500 civils libanais ont été tués.