Cet article date de plus de dix ans.

Les rebelles libyens ont demander mardi un prêt de trois milliards aux puissances occidentales

Ce crédit sera garanti par les fonds gelés du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Sans cela leur économie risquer de s'effondrer.Selon Ali Tarhoni, chargé de l'économie et du pétrole au sein du Conseil national de transition (CNT), un consensus avait été atteint entre les rebelles et les puissances étrangères.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le port assiégé de Misrata (ouest de Tripoli), le 2 mai 2011 (AFP/Christophe Simon)

Ce crédit sera garanti par les fonds gelés du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Sans cela leur économie risquer de s'effondrer.

Selon Ali Tarhoni, chargé de l'économie et du pétrole au sein du Conseil national de transition (CNT), un consensus avait été atteint entre les rebelles et les puissances étrangères.

Une réunion a lieu jeudi à Rome entre les rebelles et les puissances étrangères.

Les dirigeants de la rébellion ne cherchent plus à obtenir que les fonds du colonel Kadhafi soient débloqués et versés au CNT mais ils souhaitent l'octroi de crédits par les pays dans lesquels ces fonds ont été gelés.

"Le consensus est qu'il y aura des lignes de crédit garantis par ces fonds", a-t-il dit, ajoutant que le consensus serait formalisé à la réunion de Rome.

M. Tarhoni n'a pas précisé si les trois pays avaient accepté d'accorder le prêt de trois milliards de dollars aux rebelles libyens, estimant à 165 milliards de dollars les fonds gelés du dirigeant libyen à travers le monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.