Cet article date de plus de dix ans.

Les habitants de Gaza privés de "Nouvelle Star"

Le mouvement islamiste Hamas a interdit aux ressortissants de la bande de Gaza de participer à la version palestinienne du télé-crochet.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un participant à la dernière édition de la "Nouvelle Star" palestinienne, en mai 2011. (MUSA AL SHAER / AFP)

La prochaine "Nouvelle Star" palestinienne ne sera pas gazaouïte. Les habitants de la bande de Gaza ne peuvent en effet plus se présenter au casting du télé-crochet à succès. C'est le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle ce territoire, qui a interdit à Mann, la société de production de l'émission diffusée dans tous les territoires palestiniens, de recruter des futurs chanteurs dans la bande de Gaza.

Tout était pourtant prêt. Depuis début décembre, des artistes en herbe venant de Cisjordanie et de Jérusalem-Est, ainsi que des Arabes israéliens, se pressaient aux sessions de recrutement pour la troisième saison de la "Nouvelle Star" palestinienne, émission au succès retentissant. A Gaza, 130 garçons et une fille se sont présentés au casting. 13 y ont été retenus pour une nouvelle sélection. Mais le Hamas a fait savoir que tout était annulé parce que, selon la production, l'émission est "contraire aux coutumes et aux traditions islamiques."

Dans un communiqué, le Hamas reproche  à Mix, la chaîne qui diffuse le programme, dont le siège est situé à Bethléem (en Cisjordanie), et à Mann, de dénigrer le mouvement : "Nous avons accordé à Mann-Mix toute la liberté, la protection, l'information, la reconnaissance et les mesures dont ils avaient besoin pour opérer librement, mais nous voyons chaque jour qu'ils nuisent à la bande de Gaza, au gouvernement et à notre vie quotidienne" en présentant notamment l'enclave comme "une base d'Al-Qaïda" où sévit le "chaos".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.