Cet article date de plus de huit ans.

Les élections en Irak émaillées par des violences

Lors de ce premier scrutin depuis le départ des troupes américaines, trois personnes sont mortes et deux autres ont été blessées dans des attaques à travers le pays. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans un bureau de vote à Bagdad, en Irak, le 20 avril 2013.  (AHMAD AL-RUBAYE / AFP)

Pendant la campagne, quatorze candidats ont été assassinées. Et c'est également dans un climat de violence que se sont déroulées les élections en Irak samedi 20 avril. Le pays a voté pour renouveler leurs assemblées provinciales. Lors de ce premier scrutin depuis le départ des troupes américaines fin 2011, trois personnes sont mortes et deux autres ont été blessées dans des attaques à travers le pays. Et dans un village au nord de Bagdad, des inconnus habillés en policiers ont mis le feu à des urnes avant de prendre la fuite.

Dans la soirée, la commission électorale a indiqué que le taux de participation était de 51%. Le dépouillement a débuté dimanche mais les résultats ne sont pas attendus avant le début du mois prochain. L'issue du scrutin donnera une indication sur la popularité du Premier ministre Nouri al-Maliki, en conflit avec ses partenaires de coalition et la minorité sunnite, avant les législatives de 2014.

Tentant de rassurer les Irakiens, Nouri al-Maliki a expliqué à "ceux qui tremblent pour l'avenir de l'Irak et qui craignent le retour de la violence et de la dictature que le bulletin de vote est l'arme qui nous permettra de lutter". "Il n'y aura pas de retour en arrière", a-t-il promis sur la chaîne de télévision publique Iraqiya après avoir voté. Mi-avril, l'Irak a connu une vingtaine d'attaques, dont six dans la capitale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.