Cet article date de plus de dix ans.

Le bureau de Mouammar Kadhafi à Tripoli a été bombardé par l'OTAN dans la nuit de dimanche à lundi

Le bureau, situé dans son immense résidence du secteur de Bab Al-Aziziya, a été totalement détruit par une frappe aérienne, a constaté un journaliste de l'AFP. L'OTAN avait déjà visé ce secteur vendredi soir.Seif Al-Islam, fils du colonel Kadhafi, a qualifié le bombardement du bureau de son père de "lâche".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Bâtiment de la résidence de Mouammar Kadhafi, détruit lors d'un raid aérien dans la nuit du 24 au 25 avril 2011 (AFP - JOSEPH EID)

Le bureau, situé dans son immense résidence du secteur de Bab Al-Aziziya, a été totalement détruit par une frappe aérienne, a constaté un journaliste de l'AFP. L'OTAN avait déjà visé ce secteur vendredi soir.

Seif Al-Islam, fils du colonel Kadhafi, a qualifié le bombardement du bureau de son père de "lâche".

"Cette attaque lâche sur le bureau de Mouammar Kadhafi peut faire peur ou terroriser les enfants mais nous n'abandonnons pas la bataille et nous n'avons pas peur", a-t-il dit.

Selon le pouvoir libyen, 45 personnes ont été blessées lors de la frappe, dont 15 grièvement. Il n'est pas possible de confirmer ce bilan de source indépendante.

Les partisans du régime kaddhafiste ont emmené des journalistes occidentaux sur les lieux du bombardement.

Selon un observateur de la BBC, un raid comme celui-là a pour but de faire pression sur le dictateur. Sa résidence avait déjà été prise pour cible par l'OTAN. Mais l'organisation militaire occidentale semble désormais intensifier ses frappes.

Les avions de l'OTAN survolaient toujours la capitale libyenne lundi matin.

Trois puissantes explosions ont secoué Tripoli dans la nuit de dimanche à lundi. A la suite de cette série d'explosions, trois chaînes de télévision du régime ont interrompu leur diffusion pendant une demi-heure avant de reprendre leur programmation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.