Cet article date de plus d'onze ans.

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a promis dimanche le soutien aux rebelles libyens

"J'ai vu les affiches sur la route venant de l'aéroport proclamant 'Nous avons un rêve' et je suis ici aujourd'hui pour expliquer notre soutien à court terme mais aussi l'ampleur de notre soutien", a-t-elle dit lors d'un point presse.Mme Ashton est arrivée dimanche matin à Benghazi pour une courte visite.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Catherine Ashton, Haut Représentant de l'Union européenne, participe à une session au Parlement européen, le 11/5/2011 (AFP - Frederick Florin)

"J'ai vu les affiches sur la route venant de l'aéroport proclamant 'Nous avons un rêve' et je suis ici aujourd'hui pour expliquer notre soutien à court terme mais aussi l'ampleur de notre soutien", a-t-elle dit lors d'un point presse.

Mme Ashton est arrivée dimanche matin à Benghazi pour une courte visite.

Il s'agit de la première visite d'un responsable de ce niveau à Benghazi, "capitale" de la rébellion libyenne. "Le peuple libyen apprécie cette visite et apprécie le soutien de l'Union européenne à la révolution depuis son commencement", a déclaré le président du Conseil national de transition (CNT), Moustafa Abdeldjeïl.

Dès son arrivée, la responsable de la Commission européenne devait se rendre sur la place centrale de Benghazi, rebaptisée place de la Liberté par les Libyens. Des manifestations de soutien à l'insurrection y sont encore très régulières.

Mme Ashton doit ensuite rencontrer le président du Conseil national de transition (CNT), l'instance dirigeante de la rébellion, Moustapha Abdeljalil, avant d'inaugurer des bureaux qui seront situés dans un des hôtels de Benghazi.

Elle avait annoncé début mai l'ouverture d'une telle structure afin d'apporter de l'aide à l'opposition et à la société civile et un soutien en matière de santé, d'éducation, de sécurité aux frontières.

L'Otan poursuit ses frappes

L'Organisation a poursuivi ses raids dans la nuit de samedi à dimanche sur le port de Tripoli.

Ils ont permis depuis le début de l'offensive des alliés de stabiliser la ligne de démarcation sur le front Est, entre Brega et Ajdabiya, à 160 km au sud-ouest de Benghazi, et d'aider les insurgés à desserrer l'étau autour de Misrata, la grande ville rebelle assiégée à 200 km à l'est de Tripoli.

En cherchant à couper les chaînes de ravitaillement des forces pro-Kadhafi, l'Otan a aussi provoqué depuis plusieurs semaines une pénurie de carburant qui crée des tensions dans l'ouest du pays, majoritairement contrôlé par le régime.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.