Cet article date de plus de neuf ans.

L'ONU pourrait examiner le statut d'Etat non membre de la Palestine le 29 novembre

Le président palestinien a donné une date alors que les Etats-Unis sont opposés à la démarche et qu'Israël menace de sanctions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président palestinien Mahmoud Abbas lors de son discours pour le 8e anniversaire de la mort de Yasser Arafat, à Ramallah, le dimanche 11 novembre 2012. (ABBAS MOMANI / AFP)

La Palestine Etat non membre de l'ONU, la demande sera faite le 29 novembre. Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a affirmé lundi 12 novembre être prêts à affronter les conséquences de cette initiative. Le texte pourrait donc être soumis et voté à cette date. Une majorité simple est requise.

"Nous demanderons aux membres de l'Assemblée générale de voter cette résolution", a déclaré le négociateur palestinien Mohammad Chtayyeh. "Nous avons fait une pause depuis cette date et au-delà des élections américaines parce que nous ne voulions pas être un enjeu de la campagne électorale [américaine]", a-t-il expliqué tout en ajoutant qu'il n'y avait désormais "plus de prétexte pour nous demander de ne pas aller aux Nations unies".

Les Etats-Unis s'étaient en effet dès le début de l'année opposés à cette stratégie. Une position réaffirmée dimanche par le président Barack Obama lors d'une conversation téléphonique avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas.

L'aide de la Ligue arabe attendu

 

Le négociateur palestinien a indiqué s'attendre à ce que les mesures de rétorsion mesurées de la part d'Israël. "La plupart des mesures annoncées seront des menaces en l'air parce qu'Israël a intérêt à maintenir l'Autorité palestinienne en l'état et les Israéliens ne sont pas en position de la pousser à l'effondrement total", a-t-il estimé.

Il a rappelé que la Ligue arabe avait promis en juin à l'Autorité un "filet de sécurité" pour faire face à d'éventuelles sanctions financières. Le négociateur palestinien Saëb Erakat espère "100 millions de dollars (79 millions d'euros) [d'aides] au cas où Israël bloquerait nos fonds et où les Etats-Unis fermeraient le bureau de l'Organisation de libération de la Palestine et cesseraient leur aide".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.