Cet article date de plus de neuf ans.

L'Iran interdit Battlefield 3

Le jeu vidéo phare de la société Electronic Arts inclut une attaque aérienne contre Téhéran.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une image tirée du jeu vidéo Battlefield 3, qui relate une attaque américaine sur Téhéran. (ELECTRONIC ARTS)

Le scénario de Battlefield 3 n'a pas plu à l'Iran. Lancé le 25 octobre, le jeu vidéo met en scène une attaque américaine contre Téhéran. Un mois après sa sortie, le pays a décidé de l'interdire. "Tous les magasins d'informatique ont interdiction de vendre ce jeu illégal", affirme un responsable de la police iranienne, cité lundi 28 novembre par l'hebdomadaire spécialisé Asr-e Ertebat.

Cette dernière version de Battlefield, produit par la société Electronic Arts (EA), démarre à la frontière irano-irakienne où les forces américaines combattent une milice hostile. Elle se termine en attaque aéroportée contre la capitale iranienne dans un contexte de menace nucléaire, avec des opérations de blindés et d'avions de combat américains, les joueurs tenant le rôle de Marines participant au raid.

L'interdiction d'un jeu vidéo, une première en Iran

Selon EA, cinq millions d'exemplaires de Battlefield 3 ont été vendus dans la première semaine après sa mise sur le marché. EA n'a pas de distributeur officiel en Iran, pas plus que les principaux producteurs de jeux vidéo ou de logiciels occidentaux ou asiatiques. Mais ces derniers, piratés ou importés plus ou moins légalement, sont largement disponibles partout dans le pays, qui ne reconnaît pas le copyright.

Une pétition en ligne signée par des "jeunes Iraniens" a dénoncé un jeu qui "a été volontairement mis sur le marché à un moment où les Etats-Unis poussent la communauté internationale à avoir peur de l'Iran". C'est cependant la première fois qu'un jeu vidéo est officiellement interdit dans ce pays. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.