"Moh, Palestinien mais presque" : l'Intifada et l'exil racontés en BD à travers les yeux d'un ado

Inspirée d'une histoire vraie, la BD de Céline de Gemmis et François Bégnez suit l'errance d'un adolescent palestinien confronté à la violence de la guerre à l'âge où d'autres jouent avec insouciance aux jeux vidéos. 

Moh, Palestinien mais presque
Moh, Palestinien mais presque (France 3 Provence-Alpes)

Nous sommes en 1989 en Cisjordanie. Le jeune Mohamed n'a que treize ans lorsqu'il se retrouve au beau milieu d'une manifestation. C'est là que sa vie bascule. Arrêté, torturé puis condamné à huit mois d'emprisonnement, le jeune adolescent se retrouve brutalement confronté à la violence dramatique du conflit isrélo-palestinien. En cellule, il se forge ses pemières convictions politiques. Commence alors pour lui un destin hors du commun.

A 13 ans, on est encore un enfant. On ne peut pas être préparé à vivre un tel conflit. Le jeune Moh est percuté de plein fouet par son histoire.Céline de Gemmis, scénariste

L'histoire de Mohamed mêle les questionnements politiques d'un ado trop vite plongé dans la violence et les conflits politiques et religieux, et les préoccupations plus universelles des jeunes garçons de son âge : l'éveil sentimental et les premiers émois amoureux. 

De la première Intifada à Marseille

Les dessins bichromatiques aux nuances sépia sont signés François Bégnez. "Pour cette histoire, j'avais dans l'idée de rester sur un dessin très discret et assez simple, raconte le dessinateur. Pour les décors, j'ai dû me documenter. Ce n'était pas simple. Pour la première Intifada par exemple, on manque de documents."

Mohamed traversera la Méditerranée pour rejoindre Marseille, ville dans laquelle l'inspirateur de la bande-dessinée vit encore aujourd'hui. Il est chercheur en science politique. 

"Moh, Palestinien mais presque", scénario de Céline de Gemmis, dessins de François Bégnez, La Boîte à Bulles.