Marche du retour à Gaza : "L’objectif" est de "tuer des Israéliens", affirme l’ambassadrice d’Israël

De nombreux manifestants sont attendus à la frontière avec l’État hébreu lundi pour l’avant-dernier rassemblement en faveur du retour des réfugiés palestiniens.

Des Palestiniennes à la frontière avec Israël le 11 mai 2018.
Des Palestiniennes à la frontière avec Israël le 11 mai 2018. (MAXPPP)

Le climat est particulièrement tendu pour ce nouveau rassemblement des Palestiniens à la frontière avec Israël lundi 14 mai. En effet, la nouvelle "Grande Marche du retour" coincïde avec le 70e anniversaire de la création de l’État d’Israël et l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem. Des tirs israéliens sur des manifestants ont été enregistrés lundi matin. À la mi-journée, on enregistrait sept Palestiniens tués à Gaza par des tirs israéliens.

De son côté, l’ambassadrice d'Israël en France, Aliza Bin Noun, a estimé que "l'objectif" des milliers de Palestiniens qui manifestent depuis plusieurs semaines dans la bande de Gaza est "de passer la frontière et de tuer des Israéliens". "Tout le monde a le droit de manifester", a-t-elle affirmé à France Inter. Mais, Aliza Bin Noun, "ce n'est pas une manifestation démocratique pour exprimer des avis", "elle n'est pas pacifiste du tout". Cinquante-quatre Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne à Gaza depuis le 30 mars. "Le gouvernement israélien et l'armée israélienne qui se trouvent sur la frontière ont la responsabilité de protéger les citoyens israéliens", a répondu Aliza Bin Noun.