Cet article date de plus de cinq ans.

Israël : la justice condamne un prédicateur islamiste, héraut de la défense de l'esplanade des Mosquées

Le cheikh Raëd Salah a été condamné à 11 mois de prison ferme. En 2014, il avait appelé "à venir en aide aux Palestiniens et à lancer une intifada islamique".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Palestinien Cheikh Raëd Salah, chef du "Mouvement islamique - branche nord", le 27 octobre 2015. (AHMAD GHARABLI / AFP)

La justice israélienne a condamné, mardi 27 octobre, à onze mois de prison ferme le chef d'une organisation islamiste palestinienne pour incitation à la haine dans un discours tenu en février 2007 à Jérusalem. Le cheikh Raëd Salah, chef du "Mouvement islamiste – branche nord", était dans le collimateur du gouvernement pour son rôle moteur dans la mobilisation autour de l'esplanade des Mosquées.

Dans cette affaire, il avait été condamné à huit mois en 2014 pour avoir appelé "tout musulman et Arabe à venir en aide aux Palestiniens et à lancer une intifada islamique". Le tribunal a alourdi la peine et l'a assortie de huit mois de sursis. Son avocat va saisir la Cour suprême. "La prison ne nous fait pas peur", a proclamé Raëd Salah, présent à l'audience et censé se livrer le 15 novembre.

Un lieu saint au cœur des violences interreligieuses

Le "Mouvement islamiste – branche nord", organisation légale, est désigné par le Premier ministre Benyamin Nétanyahou comme l'un des principaux instigateurs des troubles autour de l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme. Le soupçon qu'Israël veuille changer les règles régissant l'esplanade des Mosquées, autoriser les juifs à prier et à terme prendre le contrôle du site passe pour un déclencheur primordial des violences récentes.

Depuis le 1er octobre, la vague de violences dans les Territoires palestiniens, à Jérusalem et en Israël a fait d'un côté 59 morts, des Palestiniens et un Arabe israélien, et de l'autre 9 morts israéliens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.