Jérusalem : faut-il craindre une escalade de la violence ?

L'ONU redoute une escalade violente qui ne s'est pas produite ce vendredi 8 décembre, mais cela va-t-il durer ? Antoine Mariotti, correspondant de France 24 à Jérusalem, fait le point pour France 3.

FRANCE 3

"Tout le monde s'attendait à une flambée de violence aujourd'hui, il y en a eu, même si c'est resté mesuré", rapporte Antoine Mariotti, correspondant de France 24 à Jérusalem. "La situation peut dégénérer à tout moment, elle peut aussi s'apaiser rapidement dans la rue. Les Palestiniens n'entendent en tout cas pas relâcher la pression, au moins sur le plan diplomatique".

Une réconciliation du Hamas et du Fatah ?

"Saëb Erakat, leur négociateur en chef pour le processus de paix, vient tout juste d'annoncer qu'il ne parlerait plus aux représentants de l'administration américaine tant que Donald Trump ne sera pas revenu sur sa décision de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, et d'y déménager l'ambassade des États-Unis", poursuit le journaliste. "Autre conséquence sur le plan de la politique intérieure cette fois, cette annonce de Donald Trump pourrait bien ressouder les frères ennemis palestiniens du Fatah et du Hamas, au moment même où l'on trouvait que leur processus de réconciliation nationale semblait battre de l'aile.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Vieille ville de Jérusalem, et le dôme du Rocher, troisième plus important lieu saint musulman, le 5 décembre 2017.
La Vieille ville de Jérusalem, et le dôme du Rocher, troisième plus important lieu saint musulman, le 5 décembre 2017. (AMMAR AWAD / REUTERS)