Israël : les morts de Gaza indignent

Israël, qui a tué 59 Palestiniens et blessé près de 2 500 personnes, est condamné dans le monde entier mardi 15 mai, sauf aux États-Unis. La France rappelle que la sécurité d'Israël ne peut justifier les violences.

Voir la vidéo
France 3

Les tirs meurtriers d'Israël lundi 14 mai sur les manifestants palestiniens ont suscité l'indignation internationale. La Belgique, l'Allemagne et le Royaume-Uni réclament une enquête de l'ONU. La France condamne elle aussi les méthodes utilisées par l'État hébreu, via Jean-Yves Le Drian. L'armée israélienne a justifié l'usage de la force, images à l'appui, par le fait que des Palestiniens tentaient de forcer la frontière à Gaza.

Washington accuse le Hamas

Alliés d'Israël, les États-Unis ont bloqué au conseil de sécurité de l'ONU une demande d'enquête indépendante. Devant cette même assemblée mardi 15 mai, ils accusent le Hamas. Sourds à ces explications, plusieurs pays de la région ont vu leur population réagir, comme en Jordanie et en Turquie. Déjà compliquées, les relations diplomatiques entre Israël et la Turquie se sont envenimées après les renvois de l'ambassadeur israélien à Ankara et du consul turc en Israël.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Palestinien pleure son frère, tué pendant les manifestations, le 14 mai 2018, dans une morgue de la bande de Gaza.
Un Palestinien pleure son frère, tué pendant les manifestations, le 14 mai 2018, dans une morgue de la bande de Gaza. (MOHAMMED SALEM / REUTERS)