Attaques du Hamas en Israël : la Commission européenne menace Elon Musk de sanctions pour diffusion de "contenus illégaux"

Depuis les attaques menées par le Hamas, samedi, les réseaux sociaux ont été inondés d'images violentes, mais aussi de tentatives de désinformation. En première ligne : le réseau X, désormais dans le viseur de Bruxelles.
Article rédigé par Angélique Bouin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Elon Musk le 16 juin 2023. (ALAIN JOCARD / AFP)

Vidéos humiliantes d’otages, corps décapités, assassinats filmés... Depuis samedi 7 octobre et l'attaque surprise lancée par le mouvement islamiste palestinien depuis Gaza, ces images d'horreur sont partout .sur les réseaux sociaux. Souvent crues, parfois très violentes et certaines fausses, ces contenus diffusés en masse, susceptibles de faire l’apologie du terrorisme ou de nourrir la spirale de la violence entre juifs et arabes, sont au coeur d'une lettre du commissaire au Numérique, Thierry Breton, à Elon Musk, le patron de X, anciennement Twitter, que franceinfo a pu consulter, mardi 10 octobre. 

>> Guerre entre le Hamas et Israël : suivez les dernières informations en direct

"À la suite des attaques terroristes menées par le Hamas contre Israël, nous disposons d'indications selon lesquelles votre plateforme est utilisée pour diffuser des contenus illégaux et de la désinformation dans l'UE", peut-on ainsi lire dans le courrier de Thierry Breton. Et de préciser : "Nous avons reçu, de sources qualifiées, des rapports sur des contenus potentiellement illégaux circulant sur votre service, malgré les signalements des autorités compétentes, et cela malgré des signalements des autorités compétentes", souligne le commissaire européen, qui rappelle la nouvelle loi : quand ils sont signalés, ces contenus doivent être retirés très rapidement des réseaux sociaux.

Le réseau pourrait s’appuyer sur une armée de modérateurs, mais après son rachat de Twitter, Elon Musk en a licencié un très grand nombre. Les nouvelles conditions d’utilisation du réseau ne favorisent par ailleurs plus les contenus fiables. Le milliardaire américain a ainsi incité dans un post - effacé ensuite - ses quelques 160 millions de followers à suivre récemment deux comptes pourtant connus pour répandre de fausses informations.   

"Merci beaucoup"

Dans sa lettre, le commissaire européen exige ainsi d’être informé au plus vite des mesures qui seront prises, pour éradiquer ces "contenus violents et terroristes qui semblent circuler sur X". La Commission européenne hausse même le ton, menaçant le réseau social de sanctions, sommant son patron Elon Musk de rendre des comptes sous 24 heures sur la circulation de fausses informations et d'images violentes liées au conflit en Israël. "Je vous demande instamment d'apporter une réponse rapide, précise et complète à cette demande dans les prochaines 24 heures, a-t-il sommé. Je vous rappelle qu'à la suite de l'ouverture potentielle d'une enquête et d'une constatation de non-conformité, des sanctions peuvent être imposées".

Ce à quoi le milliardaire Elon Musk a répondu directement sur X : "Notre politique est que tout soit ouvert et transparent, une approche que je sais que l'UE soutient. Merci de dresser la liste des violations auxquelles vous faites allusion sur X, afin que le public puisse les voir", a-t-il ajouté, avant de conclure par "Merci beaucoup", en français. 

"Obligations très précises"

Bruxelles s’était déjà inquiété le mois dernier du niveau de désinformation sur le réseau X après une série de tests menés sur plusieurs plateformes, après la mise en place de la nouvelle législation européenne sur les services numériques (DSA) en vigueur depuis fin août pour 19 grandes plateformes. 

Thierry Breton a rappelé au patron américain "les obligations très précises" qui lui incombent en matière de modération de contenus, toujours dans le cadre du DSA. "Vous devez faire preuve d'une grande transparence et d'une grande clarté quant au contenu autorisé par vos conditions d'utilisation et appliquer vos propres politiques de manière cohérente et diligente", a conclut le commissaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.