Guerre entre Israël et le Hamas : il y a davantage de débris à déblayer à Gaza qu'en Ukraine, selon l'ONU

Le Service d'action de l'ONU contre les mines (UNMAS) estime qu'il y a "plus de 800 000 tonnes d'amiante, rien que dans les décombres de Gaza".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un Gazaoui marche au milieu des débris à Rafah, le 25 avril 2024. (ABED RAHIM KHATIB / ANADOLU / AFP)

Pilonnée sans relâche par l'armée israélienne depuis six mois, la bande de Gaza n'en finit plus de se détruire. A tel point qu'il y a désormais davantage de débris et gravats à déblayer dans l'enclave palestinienne qu'en Ukraine, selon les calculs du Service d'action de l'ONU contre les mines (UNMAS). "Pour mettre cela en perspective, le front en Ukraine fait 600 miles de long (un peu moins de 1 000 km) et Gaza c'est 25 miles de long (soit 40 km)", a expliqué le responsable Mungo Birch, mercredi 1er mai, lors d'un point-presse à Genève.

Mais la masse de débris (37 millions de tonnes, ou 300 kilogrammes par mètre carré, selon une estimation faite à la mi-avril par l'ONU), n'est pas le seul problème. "Ces décombres sont probablement fortement contaminées par des UXO (munitions non explosées), mais leur nettoyage sera encore compliqué par d'autres dangers présents dans les décombres", continue Mungo Birch, qui gère en particulier les opérations de déminage de l'ONU pour l'étroit territoire palestinien. Ainsi, "on estime qu'il y a plus de 800 000 tonnes d'amiante, rien que dans les décombres de Gaza". Ce produit très dangereux pour la santé exige des précautions particulières.

Mungo Birch espère que l'UNMAS sera en mesure, à terme, "d'être l'organisme de coordination de l'action contre les mines à Gaza et de mettre sur pied nos propres équipes de neutralisation des explosifs et munitions". Mais "pour poursuivre notre travail au cours des 12 prochains mois, nous avons besoin de 40 millions de dollars" supplémentaires. Selon le responsable, "le secteur dans son ensemble aura besoin de centaines de millions de dollars sur plusieurs années afin de rendre Gaza à nouveau sûre pour la population".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.